«Sous les pavés, la Bible», «On s’est battus contre les pédés, on se battra contre l’IVG», «Chacun sa place et les gosses seront bien gardés», «Préservons nos enfants des sorcières, brûlons les rousses» pouvait-on lire sur des pancartes estampillées «Manif pour tous» lors du défilé qui a eu lieu hier, dimanche 2 février, à Paris. Si elles respectaient le code couleur et arboraient les insignes du mouvement, elles n’étaient toutefois pas conformes aux canons de la communication officielle voulue par l’organisation. Et pour cause: elles étaient brandies par des militant.e.s pro-LGBT désirant «dénoncer la face cachée [du discours de la « Manif pour tous »] mais également dans le but de rendre le sourire à tous les LGBT enfermés chez eux subissant les images puantes et insultantes distillées par les manifestant-es».

Dans un communiqué de presse, la direction de la «Manif pour tous» a dénoncé le «piège» tendu à Ludovine de la Rochère qui était interviewée avec les pancartes incriminées en arrière-plan… Les auteur.e.s de l’action, qui se définissent comme des «petits plaisantins anti-LMPT», dénoncent l’homophobie véhiculée par les manifestant.e.s anti-égalité des droits en soulignant la hausse des agressions LGBTphobes constatée par l’association SOS homophobie. Leur irruption dans le cortège n’a d’ailleurs pas été une sinécure, peut-on lire dans leur communiqué de presse:

«Nous n’épiloguerons pas sur les quelques manifestantes qui ont trouvé le slogan « Sous les pavés, la Bible » très à leur goût, ni sur les membres du service d’ordre qui au passage de nos amis se sont exclamés: « Ils ne seraient pas pédés eux ?! » (« Manif pour TOUS », disent ils) et encore moins sur le coup de genou asséné à l’un des nôtres pour lui arracher son affiche.»

Selon nos informations, la «Manif pour tous» aurait décidé de porter plainte contre cette…contre manifestation.

[Mise à jour] À la demande des participant.e.s, certaines photos ont été supprimées.