«Être homosexuel est normal». Telle est la phrase, publiée dans une interview d’un enseignant licencié en raison de son homosexualité, qui a valu 1000 euros d’amende au quotidien Molodoi Dalnevostochnik en Russie. En publiant cette phrase, le journal a enfreint la loi sur la «propagande des relations sexuelles non traditionnelles auprès des enfants».

«NÉGATION DE LA DIFFÉRENCE DES SEXES»
Selon la justice russe, «les valeurs familiales traditionnelles» ont été menacées. Alexandre Ermochkine, le professeur interviewé, avait simplement assuré que ses habitudes de vie constituent «une preuve irréfutable qu’être homosexuel est normal». En diffusant cette phrase, le journal aurait fait la promotion d’une «soi-disant tolérance qui nie la différence des sexes». Le tribunal est allé jusqu’à considérer qu’en suivant cette logique «être un serial killer est normal», rapporte Pink News.

Selon Gay Star News, la responsable d’un groupe de soutien aux jeunes homos nommé Children-404, en référence à l’erreur 404 qui survient quand on cherche une page web inexistante, vient d’être mise en examen en vertu de la loi sur la «propagande». Elena Klimova est poursuivie pour avoir «fait la promotion de relations sexuelles non-traditionnelles parmi des mineurs, en apportant des informations à des jeunes pour les encourager à explorer des sexualités non-traditionnelles».

Elle animait le groupe de soutien sur le réseau social Vkontakte pour permettre aux jeunes LGBT d’accéder à une plus grande visibilité: «Notre société croit que les adolescents homos n’existent pas dans la nature, comme si les gays, les lesbiennes, les bisexuel.le.s et les personnes transgenres arrivaient de Mars une fois adultes, avait-elle expliqué. Pendant ce temps, dans une famille sur vingt, un enfant est LGBT. Mais la société ne les voit pas. Ce sont des enfants 404.» Elena Klimova comparaîtra devant un tribunal dans la région de l’Oural.

Photo Минеева Ю. (Julmin)