Depuis plus d’un an, le Hong-Kongais Cecil Chao a promis des sommes faramineuses à l’homme qui accepterait d’épouser sa fille, qui est pourtant en couple depuis neuf ans avec une femme, Sean Eav. Après qu’il a dernièrement doublé sa dot, la femme d’affaires lesbienne hong-kongaise Gigi Chao a décidé de lui écrire une lettre afin qu’il comprenne que ni l’argent, ni l’amour qu’elle lui porte, ne lui feront épouser un homme. Publiée dans le journal South China Morning Post, cette lettre, particulièrement touchante, est celle d’une femme déterminée, qui malgré le respect qu’elle voue à son père, n’abandonnera jamais ce qu’elle vit avec celle qu’elle aime:

«Cher papa, j’ai pensé qu’il était temps pour nous d’avoir une conversation franche. Tu es la personne la plus futée, énergique, et pourtant bien élevée et travailleuse, que cette terre ait jamais connu. Ta confiance, ton esprit vif, ton charisme illuminent chaque pièce dans laquelle tu entres. […] Je suis désolée que des gens aient eu des mots durs envers toi ces derniers temps. La vérité, c’est qu’ils ne comprennent pas que je te pardonnerai toujours de penser comme tu le fais […] Étant ta fille, je ne veux rien d’autre que ton bonheur. Mais en termes de relations, tes attentes pour moi et la réalité de ce que je suis, ne correspondent pas. […] Tu sais que j’ai connu des hommes par le passé, et j’ai eu des relations heureuses, bien que courtes. J’ai été temporairement heureuse, soutenue par l’originalité, l’attention, l’intérêt de quelqu’un de physiquement plus fort que moi. Mais cela a toujours été de courte durée, et je perdais rapidement patience, sentant un indescriptible inconfort en leur présence. Cela me frustrait, et j’aspirais de nouveau à ma liberté. J’ai brisé quelques cœurs, ceux d’hommes bons, honnêtes et aimants, et je suis désolée qu’il en ait été ainsi.

Mais avec Sean, une femme, d’une façon ou d’une autre, c’est différent. Je me sens bien et satisfaite de ma vie et complètement à l’aise avec elle. Je sais que c’est difficile pour toi de comprendre comment je peux être attirée amoureusement par une femme; j’imagine que je ne peux pas vraiment l’expliquer non plus. C’est juste arrivé, tranquillement et doucement, et après tant d’années, nous sommes toujours très amoureuses l’une de l’autre.

Mon regret, c’est que tu n’aies pas la moindre idée de combien je suis heureuse et qu’il y a des aspects de ma vie que je ne partage pas. Je suppose que nous n’avons pas besoin d’approbation pour nos relations amoureuses et je suis sûre que tes relations sont aussi fantastiques. Quoiqu’il en soit, j’aime ma compagne Sean, qui fait du bon boulot en s’occupant de moi, s’assure que je mange bien, que je suis lavée et suffisamment réchauffée chaque jour, et dans l’ensemble, m’encourage à être heureuse et enjouée.

Elle est une part importante de ma vie, et je suis une meilleure personne grâce à elle. Je ne vous demande pas de devenir les meilleurs amis; néanmoins cela représenterait tout pour moi si tu n’étais pas tant terrifié par elle, et si tu la traitais comme un être humain normal et digne. […] Je suis désolée de t’avoir laissé croire que j’étais en couple avec une femme parce qu’il y a une pénurie d’hommes bons et convenables à Hong Kong. Il y a plein, ils ne sont juste pas faits pour moi.»

Suite à la lettre de sa fille, Cecil Chao est revenu sur sa décision. Interviewé sur la chaîne CNN, il a fait savoir qu’il retirait son offre… mais il lui reste néanmoins du chemin à parcourir pour accepter sa fille et surtout, sa compagne:

«Je n’essaie pas d’utiliser mon argent pour acheter son bonheur, a assuré l’homme d’affaires. Son bonheur, elle le choisit elle-même. Mais je ne peux pas me servir de mon argent pour qu’elle fasse ses choix, elle sait ce qu’il y a de mieux pour elle.»
«Qu’est ce que cela vous fait quand elle vous dit « Papa, je suis lesbienne »?» questionne la journaliste.
«Elle ne me l’a jamais dit en personne, semble déplorer le père de Gigi Chao. Je l’ai vu dans les journaux. Mais si c’est ce qu’elle veut être pour le moment, alors c’est terminé.»
«C’est intéressant, vous dites « pour le moment », pourquoi cela?»
«Parce qu’elle n’a que 33 ans. La vie change. J’ai beaucoup changé depuis mes 33 ans.»
«Acceptez-vous sa vie, la façon dont elle a choisi de la vivre?»
«Je m’en fiche, rigole le millionaire. Elle vit sa vie, je vis la mienne, on se voit tous les jours, nous avons beaucoup d’occasions de nous voir. Sa vie privée lui appartient.»
«Accueillerez-vous sa compagne dans votre famille?»
«Non.»

Photo Capture (Gigi Chao)