À l’initiative d’organisation pro-LGBT, des rassemblements auront lieu dans les prochains jours en soutien aux LGBT de Russie, mais également aux femmes espagnoles qui pourraient être privées du droit d’avorter librement.

Ce samedi 1er février, l’Inter-LGBT, l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT), Amnesty International France, la Fédération Internationale des Ligues des droits de l’Homme (FIDH), la Ligue des droits de l’Homme (LDH) et Russie-Libertés organisent un événement place de Stalingrad à Paris à partir de 11h pour révéler «ce que cache le faste des cérémonies» organisées pour l’ouverture des Jeux olympiques de Sotchi.

«Près de 170 militants de ces organisations formeront les anneaux olympiques, annoncent les associations. Au milieu de ces anneaux humains, apparaîtront progressivement des violations graves des droits de l’Homme en Russie, que les JO ne doivent masquer: répression des manifestations, restriction de la libre parole et de l’information, discriminations envers les minorités sexuelles, stigmatisation et exploitation des migrants et recours à la torture.»

Quelques heures plus tard et quelques arrondissements plus loin, HES, l’APGL, le GAGL45, FièrEs et d’autres associations appellent à un autre rassemblement, organisé à l’initiative du Planning familial, pour soutenir les femmes d’Espagne. «L’avortement est un droit des femmes. Pas un privilège, pas un avantage, un droit», rappelle HES. L’APGL souligne par ailleurs à quel point les luttes pour les droits des femmes rejoignent celles pour les droits des LGBT:

«Les injures et les violences contre les femmes et les personnes LGBT s’appuient sur des leviers qui relèvent des mêmes logiques d’infériorisation, analyse l’association. Celles et ceux qui remettent en cause en Espagne le droit à l’IVG sont les mêmes qui demandent en France son déremboursement par l’assurance maladie. Celles et ceux qui étaient dans la rue contre le mariage pour tous et l’homoparentalité sont les mêmes qui cantonnent les femmes et les hommes à des rôles restrictifs et immuables d’épouses et époux, de mères et de pères.»

Le cortège partira à 14h de la place Joffre (École Militaire) pour rejoindre l’ambassade d’Espagne.

Depuis Orléans, un car se rendra à Paris pour cette manifestation, mais d’autres rassemblements auront lieu dans des villes de province, signale HES.
Bordeaux: 14h, place de la Comédie
Grenoble: 14h, place Félix-Poulat
Lille: 14h, place Richebé
Lyon: 14h30, place des Terreaux
Marseille: 15h, Vieux-Port

Les manifestations se poursuivront le 5 février. À l’appel d’All Out, une journée mondiale de mobilisation «pour soutenir les personnes gays et lesbiennes russes» aura lieu dans plusieurs villes. Dans la lignée de la campagne Principe 6, «les manifestants, habillés en rouge, se rassembleront pour appeler les sponsors des JO à sortir de leur silence, avec deux messages simples: « Principe 6: le sport ne discrimine personne » et « Russie nous sommes avec toi/Non aux lois anti-gays ».» À Paris, rendez-vous est donné à partir de 19h place de la République.