La nouvelle n’est pour l’instant qu’une rumeur, mais plusieurs éléments semblent l’étayer: le duo t.A.T.u. pourrait chanter pour l’ouverture des Jeux olympiques de Sotchi. Les deux chanteuses, Yulia Volkova et Lena Katina, ont annoncé sur le réseau social russe Vkontakte qu’elles se rendaient à des répétitions pour préparer l’événement, indique le Moscow Times. Dans des tweets, la seconde avait mentionné une invitation à se rendre à Sotchi et le fait que les artistes étaient traité.e.s «comme de la merde», mais ces messages ont été supprimés depuis.

Les journalistes du média russe R-Sport assurent toutefois que tout cela est faux et relève du fantasme provoqué par le tweet d’une personne anonyme. Les comptes Twitter officiels des deux chanteuses ne mentionnent effectivement rien sur Sotchi. Récemment, Lena Katina y a évoqué ses vacances à Hawaï, tandis que Yulia Volkova y mentionnait sa présence sur un tournage. Rien de très olympique, en somme. Selon Gay Star News, leur présence permettrait au régime de Vladimir Poutine de s’affranchir des critiques à l’encontre de sa politique anti-LGBT. Le duo féminin s’est fait connaître au début des années 2000 avec All The Things She Said. Dans le clip de cette chanson, les deux chanteuses s’embrassent:

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur t.A.T.u. – All The Things She Said

Mais Lena Katina et Yulia Volkova pourront-elles se produire avec cette chanson sans être accusées d’enfreindre la loi? Dmitry Chernyshenko, à la tête des Jeux de Sotchi, a tenu à préciser, après les récentes déclarations du président du CIO, que les athlètes ne seront pas en droit de critiquer la politique russe en conférence de presse. Seuls les espaces dédiés à la contestation, en marge des installations olympiques, leur seront offerts pour s’exprimer à ce sujet, a-t-il souligné d’après l’AFP et Reuters.

L’ambassade russe à Londres a déjà pu avoir un aperçu de protestation: en tutu, quatre danseurs/ses ont esquissé quelques pas du Lac des cygnes, composé par le russe gay Piotr Tchaïkovski. L’association Amnesty International a ensuite remis au personnel de l’ambassade une pétition signée par 15000 personnes pour que soit abrogée la loi «anti-propagande homosexuelle». Pour voir les photos de cette performance dansée, rendez-vous sur le site de The Advocate.