Télé | 30.01.2014 - 12 h 51 | 0 COMMENTAIRES
  • Christian Chevalier
  • Dominique Voynet
  • Ludovine de la Rochère
  • Manif Pour Tous
  • théorie du genre

Au «Grand Journal», Ludovine de la Rochère admet que la «théorie du genre» n’existe pas

Publié par
La présidente de la «Manif pour tous» estime finalement que l'absence de «théorie» est un problème.

À quelques jours du prochain défilé de la «Manif pour tous», Ludovine de la Rochère, présidente du mouvement, était l'invitée hier soir, mercredi 29 janvier, du Grand Journal. Elle a débattu avec Dominique Voynet (EELV), maire de Montreuil, et Christian Chevalier, secrétaire général du syndicat d'enseignant.e.s SE-Unsa, au sujet de la pseudo «théorie du genre».

Ludovine de la Rochère est rapidement tombée d'accord avec les autres invité.e.s sur le fait que la «théorie du genre» n'existe pas. Des documents distribués aux participant.e.s de la «Manif pour tous» pour bien répondre aux journalistes sans porter atteinte à l'image du mouvement font pourtant mention de cette expression dénuée de signification. Mais la présidente du mouvement n'en est pas à sa première contradiction. Elle a même fini par déplorer le fait qu'il n'y ait pas de «théorie»: «C'est bien le problème, ce sont des concepts flous et ambigus», a-t-elle glissé.

La chronique «Karim a dit» fut l'occasion de revenir sur les rumeurs qui ont poussé des parents à ne pas emmener leurs enfants à l'école. On a ainsi pu regarder quelques extraits d'une réunion de parents d'élèves où la militante Farida Belghoul, à l'origine de cette journée de retrait, a pris la parole avec des propos transphobes:

«[Un enfant], on va lui dire qu'en étant de sexe féminin, on peut être de genre masculin. Les enfants eux-mêmes vont finir par nous dire: "Peut-être que c'est vrai, je suis un garçon alors que j'ai un corps de fille". On ne peut pas laisser nos enfants se faire assassiner car c'est un véritable assassinat spirituel!»

Sur le plateau, le chroniqueur Augustin Trapenard fait ensuite le point sur le fait que les études de genre servent simplement à comprendre les mécanismes à l'œuvre dans les inégalités entre femmes et hommes. Un peu à court d'arguments, Ludovine de la Rochère se résigne: «On m'a enlevé mon bouquin, mais j'avais des citations». Pour voir ou revoir l'émission, cliquez sur l'image ci-dessous:

grand journal plateau 500

Print This Post
Photo du profil de Julien Massillon
Publié par
Journaliste de Yagg. Retrouvez-moi sur Twitter.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (0)

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.