LA LETTRE DE LA SEMAINE
Imaginer l’émotion de l’athlète qui la reçoit. Belle Brockhoff publie sur son site la missive du comité de sélection des Jeux olympiques d’hiver. La snowboardeuse australienne, ouvertement lesbienne, très en vue ces derniers mois contre les lois homophobes russes, sera de la partie à Sotchi. Un paragraphe de la lettre, signée Ian Chesterman, chef de mission, prend tout son sens: «Par cette sélection, vous devenez un « role model » pour les autres Australien.ne.s. En endossant l’uniforme olympique, vous devenez un symbole visible de cette grande nation. Je sais que vous accomplirez fièrement cette tâche».

lettre Belle Brockhoff

LE MAILLOT DE LA SEMAINE
Le t-shirt de Principle 6 porté par Brendon Ayanbadejo, le footballeur américain gay-friendly parmi les premiers à s’être impliqué dans Athlete Ally qui, avec All Out, a lancé une campagne pour la défense des droits des LGBT aux Jeux olympiques de Sotchi avec une ligne de vêtements en soutien au «principe 6» de la Charte olympique sur le respect et à la non-discrimination dans le sport.

 

L’ARTICLE DE LA SEMAINE
Partagé par Philippe Liotard, l’article de Pierre-Etienne Casa, sur le site de l’université du Québec à Montréal, deuxième épisode riche d’enseignements d’une série de quatre sur les Jeux olympiques de Sotchi (6-23 février). Ici, les enjeux géopolitiques de Sotchi. Pourquoi la Russie a-t-elle choisi Sotchi, une station balnéaire au climat subtropical située sur les bords de la mer Noire, plutôt que Moscou ou Saint-Pétersbourg?

«Le choix de Sotchi n’est pas anodin, affirme Éric Mottet, professeur au Département de géographie cité dans l’article. Les Jeux olympiques donnent à Vladimir Poutine un formidable prétexte pour injecter beaucoup d’argent dans une région, le Caucase, que son gouvernement souhaite pacifier et mettre au pas. On y trouve des groupes islamistes qui rejettent le pouvoir central de Moscou depuis longtemps.»

«Selon le spécialiste en géopolitique, poursuit l’article, ces Jeux ne sont que la première pierre d’un projet global de restructuration de la région, qui passera d’abord par un apport touristique – d’ici 2020, on projette la construction de plusieurs stations de ski – puis par des vagues d’immigration.»

LE GRAND ÉCART DE LA SEMAINE
Ah, les hasards du calendrier… Mercredi 22 janvier, France 2 est prise en flagrant délit de sexisme dans la nouvelle émission de Laurent Ruquier alors que du 31 janvier au 2 février, le groupe audiovisuel public fait partie des médias qui prennent part aux 24 heures du sport féminin sous l’égide, notamment, du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), du ministère des Droits des femmes et du ministère des Sports, avec en point d’orgue le 1er février. Du 31 janvier au 2 février, de France 2 à France Ô, les chaînes vont accueillir des magazines, des reportages, des retransmissions sportives (France-Angleterre, première journée du Tournoi des Six Nations, ou PSG-Montpellier, 15e journée du championnat de France de football) ou bien des athlètes de haut-niveau dans diverses émissions. «Cette première journée internationale permettra de mettre en valeur le sport féminin en manque de visibilité dans les médias», indique le CSA dans un communiqué de presse. Comme l’indiquent Les Nouvelles News, «la loi pour l’égalité prévoit en effet que le CSA « veille à l’image des femmes » qui apparaît dans les programmes, notamment « en luttant contre les stéréotypes, les préjugés sexistes »».

LE MÂCHI-MÂCHON DE LA SEMAINE
On en aura mangé du sexisme cette semaine avec l’épisode BN et sa blague super rigolote – «Le rugby féminin existe, c’est le soldes» (sic). La marque a annoncé le retrait du sachet. La France accueillera la Coupe du monde féminine de rugby du 1er au 17 août.

LES AFFICHES DE LA SEMAINE
Inédites les deux finales de l’Australian Open à Melbourne. La Slovaque Dominika Cibulkova, qui n’était jamais parvenue à ce niveau de la compétition, rencontre la Chinoise Na Li, finaliste en 2011 et 2013, championne de Roland Garros en 2011. Rafael Nadal, habitué des sommets, tentera dimanche de glaner un 14e titre majeur contre le petit nouveau, Stanislas Wawrinka, tombeur de Novak Djokovic, double tenant du titre, en quart de finale au bout d’un-match marathon conclu 9-7 au 5e set.

LES BÉBÊTES DE LA SEMAINE
Une tradition à l’Australian Open: des joueurs et joueuses font connaissance avec la faune locale. Sont-y pas meugnons.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Getting cosy with animals – 2014 Australian Open

L’EXPLOIT DE LA SEMAINE
C’était samedi 18 janvier, au Stade Gerland. Les Parisiennes se sont imposées sur l’Olympique Lyonnais (1-0). C’est la première fois en quatre ans que les Lyonnaises sont battues dans le championnat de France qui retrouve un peu de piment avant la 15e journée, les 1er et 2 février, marquée par le choc entre le PSG (2e) et Montpellier (3e).

LE TWEET DE LA SEMAINE
Le 20 janvier, c’était le Martin Luther King Day aux États-Unis. Tamika Catchings, basketteuse américaine d’Indiana Fever, triple championne olympique, a la reconnaissance émue faisant référence au discours «I Have A dream». Le Martin Luther King Day, célébré le troisième lundi de janvier autour de l’anniversaire du pasteur militant contre la ségrégation raciale aux États-Unis, assassiné en 1968. Cette journée fériée est également une grande journée de basket dans le championnat masculin de basket (NBA).

 

LES ATHLÈTES DE LA SEMAINE
Elles étaient aux Jeux olympiques d’été sur les pistes d’athlétisme, les voici aux Jeux olympiques d’hiver en bobsleigh. Les Américaines Lolo Jones, 4e du 100 mètres haies à Londres 2012, double championne du monde du 60 mètres haies, et Lauryn Williams, vice-championne olympique du 200 mètres à Athènes 2004, rejoignent les huit femmes sélectionnées pour les épreuves de bob à 2. Il est très courant que d’ancien.ne.s athlètes rejoignent le bobsleigh en qualité de pousseurs, utilisant leur explosivité pour lancer la machine sur la glace avant de monter. Lolo Jones et Laurym Williams ont déjà disputé des épreuves de Coupe du monde.

LA PHOTO DE LA SEMAINE
En temps normal, ils ont des combinaisons fuselées, voici une équipe canadienne de bobsleigh plutôt court-vêtue. Il s’agissait d’alléger hommes et machines avant la pesée, à la veille d’une course.

 

LES TATOUAGES DE LA SEMAINE
Encore un peu de peau nue? Celle de Colin Kaepernick, footballeur américain évoluant chez les 49ers de San Francisco. Partagé par Rosie O’Donnell.

 

L’ÉQUIPE DE LA SEMAINE
Ils jouaient un peu les modestes, les handballeurs français, au début de l’Euro au Danemark. Ils ont vaincu, vendredi soir, l’Espagne en demi-finale (30-27). Ils rencontreront dimanche, en finale, le Danemark ou la Croatie. Comment la formation s’est à nouveau hissée vers les cimes après son élimination en quart de finale du Mondial 2013? En renouant avec son histoire. Celle-ci, depuis l’épopée des Barjots, médaillés de bronze en 1992 aux Jeux olympiques de Barcelone jusqu’aux titres olympiques de 2008 et 2012 avec quatre titres de champions du monde au passage (1995, 2001, 2009, 2011), raconte que l’équipe parvient à s’appuyer sur ses «anciens», en accueillant de jeunes joueurs. L’essence même du sport collectif, mais ici remarquablement tricoté.

LE NAVRATILOTWEET DE LA SEMAINE
Le Comité International olympique va-t-il se dédire du Principe 6, s’interroge Martina Navratilova qui partage ce billet du New York Times sur la campagne.

 

Suivez Bénédicte Mathieu sur Twitter: benedicteliesse