Mardi dernier, lors de l’examen du projet de loi sur la parité entre hommes et femmes, un peu avant que la notion de «détresse» ne soit abordée, plusieurs députés de droite – Jean-Frédéric Poisson, Nicolas Duicq… – ont mis un point d’honneur à appeler Najat Vallaud-Belkacem «Madame le ministre». En retour, des députées de gauche, parmi lesquelles Marie-George Buffet, Catherine Coutelle, présidente de la délégation de l’Assemblée nationale aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes, et Axelle Lemaire, ont remis les points sur les i. Morceaux choisis par LCP:

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Parité hommes-femmes : « Madame le ministre », « Monsieur la députée »

«Si la France veut se faire entendre à un niveau international, il faut qu’elle sache manier ces concepts partagés par tout le monde, a également souligné Catherine Coutelle. Sans vouloir ranimer de querelles, et il y en aura peut-être quelques-unes en perspective ce soir, je dirai qu’il en va de même pour le mot « genre », lequel n’est rien d’autre qu’une construction sociale pour dire que les filles et les garçons ont un sexe, qu’il y a deux sexes, mais que la construction sociale est faite de stéréotypes qui nous mettent dans des cases. C’est pourquoi il ne serait pas inutile de moderniser notre vocabulaire, notre droit et nos concepts.»

Des échanges similaires avaient déjà eu lieu la semaine précédente, qui avait vu Sandrine Mazetier appeler Julien Aubert «Monsieur la députée», au grand dam de celui-ci (lire À l’Assemblée nationale, «Madame le président» contre «Monsieur la députée»).