Le titre de l’article publié sur le site du Huffington Post en a fait bondir plus d’un.e derrière son écran. Pourtant il s’agit là d’une des conclusions d’une étude menée par le neurobiologiste Dick Swaab de l’Université d’Amsterdam. Les résultats du chercheur montrent en effet que le mode de vie d’une femme enceinte pourrait avoir une influence sur le QI de l’enfant… mais aussi sur son orientation sexuelle:

«À causes différentes, différents effets. L’alcool et les drogues auraient ainsi une incidence sur l’intelligence de l’enfant, tandis que le tabagisme ou la prise d’hormones influencerait son orientation sexuelle. De la même manière, avoir un ou plusieurs grands frères augmenterait également la probabilité que l’enfant devienne homosexuel. Pourquoi? Parce qu’après avoir donné naissance à plusieurs garçons, le système immunitaire des mamans résistent davantage aux hormones masculines.»

Rassurons-nous toutefois, puisque le neurobiologiste affirme quand même que la génétique joue elle aussi un «rôle déterminant».

À lire sur le site du Huffington Post.

Photo Andrew Vargas