Appelé à être cardinal alors qu’il est âgé de 84 ans, l’archevêque émérite de Pampelune Fernando Sebastian Aguilar s’est entretenu avec des journalistes du quotidien local Sur, implanté à Malaga en Espagne. Interrogé sur la question de l’homosexualité, ce proche du pape François a estimé que malgré les apparentes ouvertures du nouvel occupant du Vatican, le discours de l’Église sur ce sujet n’a pas changé:

«Le pape montre des signes de respect et d’estime envers toutes les personnes, mais il ne trahit ni ne change le magistère traditionnel de l’Église. Être accueillant et montrer de l’affection envers une personne homosexuelle est une chose, justifier moralement la pratique de l’homosexualité en est une autre.  On peut dire à une personne qu’elle a une déficience, mais cela ne justifie pas que l’on cesse de la respecter ou de l’aider.

«Je crois que c’est la position du pape, tout comme pour le mariage homosexuel et les divorcés, a-t-il poursuivi. Nous sommes aux côtés des personnes, mais l’Église ne peut changer les exigences de la morale.»

«Vous avez mentionné le mot « déficience ». C’est ainsi que vous considérez l’homosexualité du point de vue de la morale?», lui demande le quotidien.

«Oui, répond le prélat. Beaucoup s’en plaignent et ne l’acceptent pas, mais avec tout mon respect, je le dis: l’homosexualité est une façon déficiente d’exprimer sa sexualité, car celle-ci comporte une structure et un objectif, qui est la procréation.

«Puisque l’homosexualité ne peut atteindre ce but, elle est un échec. Ceci n’est une insulte pour personne.»

«Dans notre corps, il y a beaucoup de déficiences. J’ai de l’hypertension. Vais-je me fâcher parce qu’on me le dit? C’est une déficience que je dois corriger comme je peux. Signaler à un homosexuel qu’il a une déficience n’est pas une offense, c’est une aide, car de nombreux cas d’homosexualité peuvent être guéris et corrigés avec un traitement adéquat. Ce n’est pas une insulte, c’est du respect. Quand une personne a un défaut, être un véritable ami consiste à le lui dire.»

Plusieurs associations de défense des droits des personnes LGBT ont réagi en rappelant que l’homosexualité n’est pas une maladie et n’a rien d’une pathologie que l’on pourrait ou devrait soigner. L’archevêque fait partie des 19 nouveaux cardinaux nommés par le pape. Il sera officiellement titulaire de cette fonction le 22 février.

Photo Capture