Dans un entretien au Monde, publié samedi 17 janvier, le président de la commission de coordination de Sotchi 2014, Jean-Claude Killy, s’est montré compréhensif avec le régime du président russe Vladimir Poutine. « Il ne s’agissait pas de les juger mais de comprendre, d’être efficaces et d’aller vite. » Cette attitude a provoqué la colère de l’Inter-LGBT: « L’Inter-LGBT s’indigne qu’un haut responsable de l’organisation des Jeux olympiques de Sotchi prenne la parole publiquement à la veille des Jeux pour soutenir la politique du gouvernement russe et désinformer l’opinion publique sur les récents développements législatifs en matière de libertés fondamentales et de gouvernance démocratique en Russie. »

Lire sur Le Monde.