Mercredi 15 janvier, la tournée d’Alain Escada faisait escale à Toulouse. Le président de l’association d’extrême droite Civitas, proche de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X, présente à travers la France son livre sur la mystérieuse «théorie du genre», «l’idéologie qui voulait détruire la création et libérer toutes les perversions humaines».

À l’appel d’un collectif d’associations*, environ 200 personnes ont manifesté leur opposition aux idées véhiculées par Civitas. «Ce groupuscule ne cache pas son homophobie, son sexisme et son racisme qu’il a pu démontrer notamment lors des mobilisations contre la loi sur le mariage pour tous et toutes aux côtés de la « Manif pour tous », de l’UMP, du FN et de l’ensemble des composantes de l’extrême droite française, mais aussi par sa lutte acharnée contre le droit à l’avortement, indiquait l’appel à rassemblement. Ce groupuscule a largement participé à l’augmentation des agressions physiques et verbales envers les LGBTI, à la libération de la parole homophobe sexiste et xénophobe.»

Les manifestant.e.s ont descendu le boulevard Armand Duportal pour protester contre la tenue du meeting de Civitas dans une salle municipale. Le rassemblement s’est tenu sans violence, «malgré le climat évidemment tendu», rapporte Arc-En-Ciel Toulouse.

* Arc-En-Ciel Toulouse, Act Up Sud Ouest, CNT 31, Good As You, Grisélidis, HES, Planning Familial 31, STRASS, Solidaires, VP…

Photos Act Up Sud-Ouest / Matthieu Lauvernier pour Arc-En-Ciel Toulouse