Dans une tribune publiée sur Slate, le vice-président des affaires externes à la Fédération des Gay Games, Marc Naimark, revient sur le récent coming-out de l’ex-footballeur allemand Thomas Hitzlsperger (photo). S’il salue son geste, il rappelle que, comme beaucoup d’autres athlètes ayant fait leur coming-out, il est sorti du placard une fois à la retraite:

«Nous devons apprécier à leur juste valeur les athlètes de haut niveau qui font leur coming-out. Mais le moment qu’ils choisissent pour le faire importe beaucoup. Parmi les craintes qui empêchent les athlètes, et tout particulièrement les jeunes, de sortir du placard figure celle qu’une partie de leur identité, le sport, soit sacrifiée s’ils s’ouvrent sur une autre facette de leur personnalité, leur sexualité. Lorsque les sportifs attendent de prendre leur retraite pour faire leur coming-out, ils ne font rien pour apaiser ces craintes (et même les confirment indirectement).

La seule manière de montrer aux jeunes qu’être un grand athlète et être gay n’est pas incompatible consiste à créer un monde où c’est possible, en étant un excellent athlète gay.»

À lire sur Slate.

Photo Capture