[mise à jour, 11h30] Ajout de la prise de parole pour fait personnel de Julien Aubert

«Madame le président», a commencé Julien Aubert (UMP), membre de l’Entente parlementaire contre l’ouverture du mariage et de l’adoption, lors d’une intervention à l’Assemblée nationale hier, mercredi 15 janvier. Sandrine Mazetier (PS), qui préside la séance, l’interrompt: «Madame la présidente». Le député de l’opposition fait semblant de ne pas entendre et poursuit son discours en donnant du «Madame le ministre» à Cécile Duflot, ministre du Logement. Avec beaucoup de classe et d’humour, Sandrine Mazetier a finalement assené le coup de grâce une fois le député revenu à sa place:

«Monsieur la députée, vous étiez la dernière oratrice inscrite.»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Sandrine Mazetier appelle Julien Aubert Monsieur la députée

«C’est un provocateur, a-t-elle expliqué au Lab. Il aime faire « le show », les « coups de poing », c’est un provocateur. Ça doit faire partie de la provocation…» Une impression que confirme la Yagg Team, comme en témoigne ce tweet lors des débats sur l’ouverture du mariage:

«Que des parlementaires d’un certain âge aient du mal à dire « madame la présidente », n’aient pas le réflexe, bon, admet Sandrine Mazetier. Mais que quelqu’un de la génération d’Aubert en soit encore là, c’est plus compliqué.»

À la fin de la séance suivante, Julien Aubert a repris le micro pour exposer un fait personnel. Il a qualifié de «sarcasme qui porte atteinte à [son] identité» la façon dont il a été appelé par «Madame le président». Laurence Dumont (PS), qui présidait alors la séance, a relevé sa remarque mais a notifié au député qu’appeler une députée «Madame le président» revient au même que dire «Monsieur la députée» à un député. Le président de la Commission des affaires économiques François Brottes a abondé dans le même sens.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Julien Aubert se plaint d’avoir été appelé «Monsieur la députée»