L’Église espagnole a manifestement une dent contre Pedro Zerolo (photo), élu de la municipalité de Madrid et artisan de la loi ouvrant le mariage en Espagne. Il  a dévoilé mardi 7 janvier qu’il était atteint d’un cancer et qu’il avait déjà commencé à suivre un traitement. L’ensemble de la classe politique, à droite comme à gauche, a manifesté son soutien à l’homme politique, mais les déclarations d’un prêtre, Jesús Calvo, sont d’un autre ordre. Plusieurs médias ont dénoncé ses prises de position fascistes. Il avait notamment préconisé de séparer les homosexuel.le.s du reste de la population «pour éviter la contagion».

Interrogé par le présentateur Armando Robles, qui partage visiblement les mêmes opinions, l’homme d’église a délivré le fond de sa pensée, rapporte ecoteuve. L’animateur a d’abord indiqué que si la nouvelle du cancer de Pedro Zerolo ne le réjouit pas, «elle ne lui cause pas non plus de peine». Il a alors interrogé le prêtre en lui demandant si une telle attitude était cohérente avec la charité chrétienne qu’enseignent les instances religieuses. Pour Jesús Calvo, chaque péché est suivi d’une sanction: «Je ne serais pas étonné que ce soit un exemple de la providence divine qui veut donner un exemple avec ceux qui se rient de la vertu», a-t-il indiqué.

L’animateur a continué sur la même lancée, indiquant qu’il accordait plus de valeur à la vie de son chien qu’à celle de Pedro Zerolo. «C’est logique, l’a soutenu le prêtre. La sensibilité fait que l’on est proche de ceux qui le méritent.»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Sacerdote y presentador atacan a Pedro Zerolo: »Su CANCER es un castigo de la divina providencia »

Photo YouTube