Alors que les autorités de l’Utah ont décidé de ne pas prendre en compte pour l’instant les quelques 1300 mariages de couples de femmes ou d’hommes célébrés entre le 21 décembre 2013 (lorsqu’un juge a estimé que la définition du mariage comme l’union d’un homme et d’une femme était contraire à la Constitution) et le 6 janvier 2014 (lorsque la Cour suprême a suspendu les mariages dans l’attente d’une décision en appel), le gouvernement fédéral a pris la décision inverse.

Pour le gouverneur républicain de l’Utah, Gary Herbert, la décision autorisant ces mariages ayant été suspendue, elle n’a pas à être appliquée et l’on revient à la situation existant avant cette décision: le mariage est réservé aux couples hétérosexuels dans l’État. Seule une nouvelle décision de justice pourra faire évoluer les choses.

Pour le Procureur général des États-Unis Eric Holder (photo), l’équivalent du ministre de la Justice des États-Unis, en revanche, les couples qui se sont unis n’ont pas à souffrir des indécisions judiciaires. Dans une vidéo publiée sur le site du Département de la Justice, il indique que ces mariages seront considérés comme légaux pour tout ce qui touche aux lois fédérales, dans «l’esprit» de la décision de la Cour suprême des États-Unis mettant fin aux discriminations entre couples mariés en vertu du Defense of Marriage Act (DOMA).

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Eric Holder sur les mariages de couples homosexuels dans l’Utah

Via The New York Times.