Quatre mois après avoir mis un terme à sa carrière après des blessures à répétition, Thomas Hitzlsperger fait son coming-out dans le journal allemand Die Zeit, pour lequel il est chroniqueur depuis 2009. Dans un entretien qui sera publié dans l’édition du 17 janvier, l’ancien international allemand, explique qu’il sort du placard «pour alimenter le débat sur l’homosexualité dans le sport professionnel».

La prise de conscience de son homosexualité «a été un long et difficile parcours», raconte-t-il.

«Ce n’est que ces dernières années que j’ai compris que je préférais vivre avec un homme.»

«En Angleterre, en Italie et en Allemagne, être homo n’est pas un problème, en tout cas pas dans les vestiaires, affirme-t-il. Je n’ai jamais eu honte de qui j’étais mais cela n’a pas toujours été facile de m’asseoir à une table avec 20 jeunes gens et les écouter faire des blagues sur les gays. On les laisse faire tant que les blagues sont un peu drôles et pas trop insultantes.»

En sortant du placard, l’athlète de 31 ans veut aussi démontrer que les gays ne sont pas «des poules mouillées».

Milieu de terrain formé au Bayern Munich et passé par Aston Villa, la Lazio Rome et enfin Everton, Thomas Hitzlsperger est le premier joueur de ce standing à faire son coming-out. Sélectionné 52 fois en équipe d’Allemagne, il a pris part à une coupe du monde (2006) et un Euro (2008).

Photo Capture

Via Munich and Co.