Parmi les innovations que prône Ani Zonneveld, une des rares femmes imams, on retrouve entre autres une prière commune où hommes et femmes sont rassemblé.e.s dans la même pièce. «À La Mecque, pendant le pèlerinage, les hommes prient derrière les femmes et ne sont pas émoustillés sexuellement, pourquoi ne peuvent-ils pas faire la même chose à la mosquée?», demande-t-elle. Après avoir composé des chansons pop – qui ont été interdites car chantées par une femme –, cette habitante de Los Angeles s’est tournée vers la religion pour se battre contre les inégalités que celle-ci véhicule.

Ani Zonneveld prône un islam ouvert, où chacun.e sera respecté.e et aura les mêmes droits et privilèges:

«Nous ne voulons pas remplacer le patriarcat par le matriarcat, nous ne faisons qu’élever le statut de tout le monde à celui d’un homme. Rien qu’en disant cela, nous donnons le ton de notre communauté. Chez nous, il peut y avoir une femme imam, un imam gay, peu importe, car l’égalité est notre valeur principale. Une femme peut faire l’appel à la prière, un homme peut faire le sermon, c’est libre, démocratique et égalitaire. C’est comme ça que cela devrait toujours se passer car le Coran dit que nous serons uniquement jugés sur nos bonnes actions et notre bonté les uns envers les autres.»

À lire sur Cheek Magazine.