Les militant.e.s LGBTI thaïlandais.e.s se sont lancé.e.s dans la création d’un mouvement politique, le Sexual Orientation, Gender Identity and Expression Rights Party, ou SOGIE Rights Party (SRP). Son objectif est de défendre les droits de la communauté sur le terrain politique, notamment en ce qui concerne les discriminations, mais aussi pour l’égalité entre couples hétérosexuels et homosexuels. La procédure d’enregistrement du mouvement étant longue, pas sûr que le SRP puisse prendre part aux élections qui auront lieu le mois prochain. Les citoyen.ne.s sont en effet appelé.e.s à élire leurs 500 député.e.s à la chambre basse de l’Assemblée nationale le 2 février.

UN PONT ENTRE LES PARTIS
Néanmoins les fondateurs/trices du mouvement SRP espèrent rassembler des membres venus des différentes mouvances politiques, notamment chez les pro-Thaksin (issus du Front national uni pour la démocratie et contre la dictature, aussi appelés les Chemises rouges) et chez les anti-Thaksin (de l’Alliance populaire pour la démocratie, aussi appelés les Chemises jaunes), qui sont toujours en conflit actuellement. D’après le système législatif thaïlandais, le SRP aurait pu espérer rafler quelques sièges: en effet, une partie des membres de la Chambre des représentants est élue par un système de vote parallèle par les électeurs/trices, qui votent aussi pour un parti, en plus de leur représentant.e local.e.

Photo Capture