Juste après le Nouveau-Mexique, l’Utah est devenu hier le 18e État des États-Unis à autoriser le mariage entre personnes de même sexe. Une surprise, car l’Utah, un État à tendance plutôt républicaine mais aussi un bastion de la communauté mormone, est réputé pour être assez conservateur. En 2004, une question sur la définition du mariage avait été soumise au référendum. Ils/elles avaient été 66% à répondre oui à un amendement constitutionnel établissant le mariage comme l’union entre un homme et une femme.

UNE QUESTION DE CONSTITUTION
Hier, c’est justement cet amendement, l’amendement 3, qui a été remis en cause. Trois couples de même sexe ont intenté une action en justice en mars 2013 pour questionner sa constitutionnalité. L’un, marié dans l’Iowa, souhaitait faire reconnaître son union dans l’Utah, les deux autres s’étaient vus refuser leur certificat de mariage au bureau du comté de Salt Lake. D’après le juge fédéral Robert J. Selby, cette question relevait bien de la Constitution des États-Unis car il s’agissait d’une violation du 14e amendement qui garantit la protection de tou.t.e.s les citoyen.ne.s: «L’État de l’Utah n’a produit aucune preuve que le mariage entre personnes de sexe opposé serait affecté par le mariage de couples de même sexe. En l’absence de preuves, l’État n’est d’aucun soutien pour les peurs et les spéculations qui sont insuffisantes pour justifier le refus de l’État d’accorder une dignité aux relations familiales de ses citoyen.ne.s gays et lesbiennes. De plus, la Constitution protège les droits fondamentaux des plaignant.e.s, qui incluent le droit de se marier et le droit de voir son mariage reconnu par le gouvernement. Ces droits ne voudraient rien dire si la Constitution n’empêchait pas aussi le gouvernement d’interférer avec les choix personnels qu’un individu fait quand une personne décide de faire un engagement solennel avec un autre être humain. La Constitution protège donc le choix d’avoir un.e partenaire pour tou.t.e.s les citoyen.ne.s, quel que soit leur identité sexuelle.»

DÉJÀ PLUS D’UNE CENTAINE DE MARIAGES EN 24 HEURES
Plusieurs couples de gays et de lesbiennes ont donc sauté sur l’occasion pour aller chercher leur certificat de mariage. En une journée, le maire de Salt Lake City, Ralph Becker, a célébré 33 mariages. Parmi eux, celui du sénateur et président du Parti démocrate de l’Utah Jim Dabakis et de son compagnon. Plus d’une centaine de mariages de couples gays et lesbiennes auraient déjà eu lieu dans le comté de Salt Lake. Mais cette décision de justice synonyme d’égalité entre tous les couples a été mal vue par le Gouverneur républicain de l’Utah Gary R. Herbert qui a qualifié Robert J. Selby de «juge fédéral militant»: «Je travaille avec mes conseillers juridiques et le ministre de la Justice intérimaire pour déterminer le meilleur moyen de défendre le mariage traditionnel à l’intérieur des frontières de l’Utah.»

Photo Capture