«Nous estimons que l’État du Nouveau-Mexique est tenu par la Constitution à permettre aux couples de même sexe de se marier et de leur étendre les droits et protections qui découlent de l’union civile selon la loi du Nouveau-Mexique», ont estimé les juges de la Cour suprême de l’État de l’ouest américain, à l’unanimité.

«Nous ne voyons pas en quoi priver les couples de même sexe qui veulent s’engager, se marier et fonder une famille des protections et droits au niveau local et fédéral conduira à les couples hétérosexuels mariés à élever correctement des enfants.»

Cette décision confirme ce que nous savions déjà: au Nouveau-Mexique, la liberté s’applique à tout le monde», a commenté Michelle Lujan Grisham, représentante du Nouveau-Mexique au Congrès et coprésidente de la campagne New Mexico Unites for Marriage.

La Cour suprême s’est prononcée après avoir été saisie par les 33 comtés que compte l’État, faisant suite à la délivrance par certain.e.s fonctionnaires de licences de mariage à des couples de même sexe, suivant l’exemple de Lynn Ellins, du comté de Doña Ana, qui, dès le mois d’août, a interprété la loi comme autorisant ces unions. La loi de l’État ne précise pas si le mariage concerne les unions d’un homme et d’une femme ou s’il peut s’appliquer à des couples de même sexe. Les mariages déjà célébrés sont donc confirmés.

Les opposant.e.s à l’égalité des droits ont néanmoins fait savoir qu’un amendement constitutionnel réservant le mariage aux couples de sexe différent serait soumis au Parlement.

Photo Capture