La ministre de la Santé, Yael German, a déclaré mercredi 11 décembre, lors d’une conférence de presse extraordinaire, qu’elle allait réformer la loi existante sur la gestation pour autrui (GPA) pour qu’elle soit accessible aussi aux couples de même sexe. Actuellement, seuls les couples hétéros peuvent avoir recours aux mères porteuses israéliennes sous des directives strictes du ministère de la Santé. De ce fait, les couples gays désireux d’avoir un enfant sont obligés de s’exiler dans les pays où la GPA est leur est ouverte.

«Les hommes méritent aussi l’égalité sur ce point, a déclaré la ministre. Le fait que l’homme n’ait pas d’utérus ne signifie pas qu’il ne pourra pas réaliser son désir d’être parent, comme la plupart de nous, le désir d’avoir un enfant et de le porter dans ses bras.»

Un autre volet de la reforme concerne l’encadrement de la procédure et les droits de la mère porteuse. Celle-ci sera notamment suivie par une assistante sociale, et l’indemnisation sera échelonnée tout au long du processus. Le volet de l’indemnisation sera lui aussi encadré pour éviter une surenchère de prix suite à l’augmentation des demandes (les mères sont indemnisées aujourd’hui à hauteur de 42000€ environ).

Si en 2000, 20 demandes ont été enregistrées (qui ont abouti à 6 accouchements), en 2011, il y en a eu plus de 90 demandes (pour 49 accouchements). Un récent rapport du Parlement sur le profil des mères porteuses montre que 75% sont divorcées, elles ont en moyenne 31 ans, seulement 25% sont sans emploi, 80% s’engagent dans ces procédures pour l’argent et 70% ont uniquement le bac. La nouvelle reforme allègera certains critères de sélections afin de permettre à de plus nombreuses femmes qui souhaiteraient devenir mères porteuses de l’être.

Les professionnel.le.s de la santé ont toutefois mis en garde contre le fait que le nombre de mères porteuses en Israël n’est pas suffisant pour répondre aux demandes et que le délai d’attente pour les futurs parents sera encore plus long.

La réforme sera soumise au Parlement israélien à partir de janvier 2014.

Eran Guterman

Photo Andrés Nieto Porras