[mise à jour, 16h] Ajout du communiqué de la maison d’édition
[mise à jour, 18h30] Ajout des trois derniers paragraphes

Une telle décision de justice est très rare, mais Steeve Briois (à gauche sur la photo), secrétaire général du Front national, et Bruno Bilde, conseiller régional du Nord-Pas-de-Calais (FN), ont obtenu du tribunal de grande instance de Paris, saisi en référé, qu’il interdise la publication d’un ouvrage portant selon eux atteinte à leur vie privée hier, jeudi 12 décembre. Le Front national des villes et le Front national des champs est un essai d’Octave Nitkowski, un jeune homme de 17 ans originaire de Hénin-Beaumont, qui a étudié la progression du parti d’extrême droite dans sa ville. L’éditeur, Luc Jacob-Duvernet, a fait appel de l’interdiction de publication ce matin.

Quatre passages doivent être supprimés avant la mise à disposition de l’ouvrage ou l’éditeur devra payer une astreinte de 10000 euros pour chaque exemplaire vendu. Pour Léa Forestier, l’avocate de la maison d’édition, «les informations contenues dans l’ouvrage relèvent du débat public légitime» notamment au regard de la position du FN dans le débat sur le mariage pour tous, précise FranceTV Info.

Dans un communiqué, la maison d’édition estime que la décision du TGI va trop loin:

«S’il appartient au juge de statuer, la mesure de saisie du livre sollicitée est évidemment hors de proportion avec la violation de la vie privée alléguée.

En effet, les Editions Jacob-Duvernet et Octave Nitkowski expriment leur surprise de se voir assignés dans la mesure où l’orientation sexuelle de deux personnalités du Front national  avait déjà été révélée sur plusieurs sites internet.

En tout état de cause, dans la mesure où l’orientation sexuelle de ces deux personnalités parmi les plus influentes du Front National n’a pas été sans lien sur les prises de position du parti dans le cadre du débat sur le mariage pour tous, l’évocation de cet élément de la vie privé est en soi légitime.»

HOMOSEXUALITÉ = VIE PRIVÉE
Depuis un jugement de 2003 du tribunal correctionnel de Paris saisi par Jean-Luc Romero qui avait été outé, les juridictions françaises n’ont pas évolué sur le lien qu’elles établissent entre homosexualité et vie privée. «Écrire sur un mur: « Michel est hétérosexuel », personne n’y voit de problème, mais « Gérard est homosexuel » peut donner lieu à une plainte. C’est une façon archaïque de voir les choses!», déplore l’avocate Léa Forestier.

Si Octave Nitkowski s’était contenté de mentionner l’hétérosexualité des deux hommes, il n’y aurait eu aucun motif de plainte. L’homosexualité fait donc l’objet d’un traitement à part. Bruno Bilde a d’ailleurs produit devant le tribunal des documents qui attestent que la publication de l’essai aurait occasionné des problèmes au sein de sa famille. Plusieurs blogs et forums d’extrême droite n’ont pas fait dans la dentelle à son sujet, mais le tribunal a estimé que ces contenus, parce qu’ils ne seraient pas consultés par le grand public, ne rendent pas notoire l’orientation sexuelle des deux hommes.

Florian Philippot a beau affirmer qu’au Front national, la vie privée de chacun.e reste dissimulée aux regards, on ne peut que s’interroger sur le contenu même du site officiel du parti. La fiche de Marine Le Pen fait état de ses trois enfants. Celle de l’avocat Wallerand de Saint-Just précise qu’il est marié et père de quatre enfants. Dans le cas de Steeve Briois et de Bruno Bilde, aucune mention n’apparaît.

Photos YouTube (Steeve Briois), Dailymotion (Bruno Bilde)