Mardi 3 décembre, le parti des Vert’libéraux a adopté deux initiatives parlementaires: l’une pour inscrire dans la Constitution l’interdiction de toute discrimination fondée sur la différence entre les couples, qu’ils soient mariés, pacsés ou en concubinage; l’autre pour permettre l’ouverture des différents types de communauté de vie réglés par la loi à tous les couples. Autrement dit, le mariage pour les couples de même sexe arrive devant le parlement suisse.

«Pour nous, ce n’est pas seulement le libéral dans l’économie, c’est aussi le libéral sur la société, précise le président des Vert’libéraux, Martin Bäumle. Ce n’est pas important que ce soit un homme et une femme, une femme et une femme ou un homme et un homme, qui vivent ensemble, ce qui est important, c’est que dans toutes ces situations, il y ait une égalité pour tous.» Ces propositions ont-elles leur chance d’aboutir? Martin Bäumle se veut optimiste: «On a discuté de ce thème avec les Radicaux, avec le PS, les Verts, le PDB (parti bourgois-démocratique)… Je crois que les personnes sont ouvertes, ce n’est pas facile, on le sait, parce que les partis ne sont pas absolument clairs comme nous, mais ça doit se discuter. […] Je crois qu’on peut faire une majorité.» Néanmoins, le site LGBT 360° note malgré tout une certaine frilosité dans plusieurs partis. Et le souvenir douloureux des débats français cette année semble bien y être pour quelque chose.

Les Vert’libéraux ont réagi au projet du Parti démocrate-chrétien qui cherche à inscrire dans la constitution un mariage réservé aux couples hétérosexuels, par une proposition pour «dépénaliser le mariage», qui vise par ailleurs à supprimer la différence fiscale entre les couples mariés et ceux en partenariat.

Photo Parlamentsdienste der Bundesversammlung