Peu après les douze coups de minuit dans la nuit du vendredi 6 au samedi 7 décembre, des couples homos ont commencé à se marier sur le Territoire de la capitale australienne (TCA), conformément à un vote de l’Assemblée législative le 22 octobre. Le député travailliste Stephen Dawson (photo) fut ainsi l’un des premiers à dire «oui» à son compagnon.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Gay couple Stephen Dawson and Dennis Liddelow first to marry in ACT but how long will it last?

Mais l’État fédéral conteste la validité constitutionnelle de ces mariages devant la Cour suprême au motif que la définition du mariage relève de ses compétences exclusives. Une loi fédérale de 2004 définit le mariage comme étant l’union d’un homme et d’une femme.

QUEL AVENIR POUR CES UNIONS?
Pour le gouvernement du TCA, cette disposition ne doit pas être interprétée comme interdisant le mariage de deux femmes ou de deux hommes mais comme s’appliquant exclusivement aux couples hétérosexuels. Ce qui n’empêche pas les États d’édicter des lois complémentaires pour les autres situations, dont les couples homosexuels. La ministre en chef Kathy Gallagher a ainsi estimé que la loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe à Canberra peut s’appliquer «en accord avec la loi fédérale sur le mariage». Jusqu’en 1961, chaque État appliquait ses propres règlementations sur le mariage. Le Commonwealth australien a simplifié les choses en imposant depuis une loi unique pour l’ensemble du pays, comme l’a expliqué l’avocate Anne Twomey dans un reportage diffusé sur ABC.

La Cour suprême se prononcera sur l’interprétation à donner à la loi fédérale ce jeudi 12 décembre, mais elle n’a pas suspendu l’application de l’ouverture du mariage par le TCA. Une cinquantaine de couples ont entrepris des démarches pour se marier d’ici là. Un doute demeure toutefois sur la pérennité de ces unions. Si les juges déclarent que la loi fédérale ne peut être contournée, les mariages célébrés depuis ce week-end seront probablement annulés. Interviewées par Same Same, Meg et Anne-Marie, qui en ont profité pour se marier, veulent voir le bon côté des choses: «Nous aurons célébré notre mariage dans la joie, accompagnées de notre famille et de nos proches. Nous le ferons encore et encore jusqu’à ce que ce soit enfin légal.» Le Sydney Morning Herald propose une galerie de photographies de ces premiers mariages.

Photo Capture