La semaine a été chargée pour Tom Daley, qui a publié lundi une vidéo de coming-out. Le médaillé de bronze des Jeux olympiques de 2012 a expliqué sa décision de faire son coming-out maintenant et par une vidéo YouTube dans le Jonathan Ross Show, hier, samedi 7 décembre, sur ITV (vers la 7e minute):

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur « Tom Daley » On The Jonathan Ross Show Series 5 Ep 9 7 December 2013 Part 1/5

«Pour être franc, c’était une décision terrifiante à prendre, je ne savais pas quelles seraient les réactions, mais j’avais besoin de dire quelque chose, raconte Tom Daley. Il y avait des rumeurs, des spéculations etc., et j’avais besoin de dire les choses avec mes propres mots, du fond de mon cœur. Je ne savais pas quoi faire d’autre, je ne voulais pas être pris à contrepied. Je voulais pouvoir être honnête et transparent sur ma vie. Évidemment il y a des parties de ma vie qui sont privées – pas des tonnes, je le reconnais –, mais j’avais le sentiment qu’il fallait que je m’exprime. Et je ne pourrais pas être plus heureux. Les réactions et le soutien que j’ai reçus sont extraordinaires. Ça pouvait aller dans un sens ou dans l’autre, mais tout le monde m’a tellement soutenu, il faut que je remercie tout le monde.»

Le plongeur explique aussi que s’il parlait de sa petite amie l’an dernier, c’est parce qu’il avait une petite amie l’an dernier, et redit, comme dans sa vidéo de coming-out, que ce n’est qu’au printemps 2013 qu’il a rencontré l’homme qui le rend si heureux aujourd’hui. Il a d’ailleurs été très surpris de tomber amoureux d’un homme, surtout aussi vite. C’est la première fois qu’il est vraiment amoureux, réalise le jeune homme, qui se dit soulagé de ne plus avoir à se cacher, de ne plus se sentir coincé et seul au monde.

«C’était vraiment un coup de foudre, s’émerveille le plongeur. Je n’avais jamais ressenti ça avant. Je ne lui avais même pas parlé et j’ai pensé « waouh, ok, waouh… » Je ne savais pas quoi faire, je ne savais pas s’il était homo ou quoi…» Qui a fait le premier pas? «À la fin de la soirée, nous ne nous étions même pas parlé, et je ne fais pas ça d’habitude mais je lui ai écrit un mot avec mon numéro et « appelle-moi » avec un smiley. Et le matin j’ai reçu un sms, et je me suis dit « je n’arrive pas à croire que j’ai fait ça »!»

«Il m’a redonné la motivation pour continuer à plonger», poursuit-il. Après les Jeux olympiques, comme de nombreux/ses athlètes, Tom Daley a eu un moment de creux, une descente d’adrénaline. Ce sont l’amour et les encouragements de son ami qui lui ont donné l’envie de continuer. Tom Daley serait d’ailleurs parti à Houston, pour travailler avec Jane Figueiredo, la coach de l’équipe de plongeon de l’Université de Houston.

Il est très rare qu’un athlète fasse son coming-out en début de carrière, remarque Jonathan Ross. Réponse de Tom Daley: «Comme je le dis dans la vidéo, j’ai toujours voulu être honnête sur tout, j’ai peut-être été vague parce que je n’étais peut-être pas complètement à l’aise pour parler de ce genre de choses.» «J’imagine que vous n’étiez pas non plus complètement certain?», complète le présentateur.

«Exactement. Quand on grandit, on a ce type de pensées et on se dit « non, ça n’est pas possible », j’avais l’impression que quelque chose n’allait pas chez moi, je ne savais pas que d’autres gens ressentaient la même chose, que c’était quelque chose que les gens faisaient vraiment, je me sentais si seul… J’avais l’impression que je ne pouvais rien dire, que je ne pouvais pas être qui je voulais être. Et depuis lundi j’ai l’impression que je peux être moi-même.»

Son conseil aux jeunes LGBT? en parler au moins à une personne. La première personne à qui Tom Daley parlé est son amie Sophie, et ce premier coming-out lui a permis de se sentir libre.

À aucun moment dans l’émission Tom Daley ne dévoile le nom de son petit ami, malgré les rumeurs qui l’associent au scénariste oscarisé de Harvey Milk Dustin Lance Black.