Après avoir été interpellé par des associations sur sa chronique du 21 novembre dans l’émission A la bonne heure!, Régis Mailhot a répondu aux accusations de transphobie. Lors de l’émission de ce midi sur RTL, la chronique de l’humoriste a été précédée d’excuses:

«À cause de lui, j’ai eu plein de soucis avec les transgenres», a annoncé tout de go Stéphane Bern. «On s’excuse, de toute manière», a affirmé Régis Mailhot. «Vous n’avez jamais pensé à mal», a renchéri Stéphane Bern. «Oh, c’est pas mon genre…», a répondu le chroniqueur. «Au contraire, on est pour la défense de tous les genres et de toutes les différences, a repris plus sérieusement l’animateur de l’émission. Je suis obligé de présenter mes excuses en votre nom.»

En fin de matinée, Régis Mailhot avait posté sur son mur Facebook une réponse à Clémence Zamora-Cruz, une des porte-paroles de l’Inter-LGBT sur les questions trans’, qui s’était directement adressée à lui le 1er décembre: «Votre émission sur le TDoR (21/11/2013) est nauséabonde, toute cette transphobie passée sous le couvert de l’humour m’indigne!! Savez vous que cette année il y a eu 238 personnes trans’ assassinées (pour la plupart mortes dans des conditionnes odieuses – torture, démembrement des corps, corps brûlés…)? Votre « humour » vomit la transphobie. LA TRANSPHOBIE TUE!».

Réponse de l’intéressé:
«Chère Madame,
J’ai pris connaissance de votre message et vous remercie de m’alerter sur la perception que mes propos ont pu avoir. Si ma chronique vous a blessée, je vous prie de bien vouloir m’en excuser. Il n’est pas dans mes habitudes de stigmatiser. Bien au contraire. Mon travail a toujours été motivé par l’inverse. J’utilise le véhicule de l’humour dans mes chroniques pour dénoncer les fâcheux et les intolérants.
Ne voyez pas de mal, là où je ne souhaitais que déclencher de l’amusement. Je peux vous garantir que je me bats régulièrement contre toutes les formes d’exclusion et de racisme. L’objectif de ce papier n’était pas de stigmatiser une communauté, bien au contraire. Je souhaitais avant tout que cette journée, qui vous est chère, ait un coup de projecteur, et l’évoquer avec humour. En me moquant de moi, de l’équipe, en grossissant le trait, en utilisant des clichés… mon intention était de surtout de dénoncer la bêtise des gens qui font eux-mêmes des amalgames. Je me rends compte que j’ai été mal compris et regrette que le choix des mots n’ait pas servi suffisamment mon propos.
Salutations distinguées
Régis Mailhot»

Une réponse loin d’être à la hauteur des attentes de la militante: «Ce message montre une volonté de se dédouaner de toute responsabilité. Ce qui serait bien, c’est que le chroniqueur en question fasse ses excuses, qu’il fasse son mea culpa… il en sortirait grandi», avait-elle déploré auprès de Yagg. C’est désormais chose faite.

Stéphane Bern a aussi réagi brièvement sur Twitter, après un tweet de l’association des journalistes LGBT (AJL):

Photo Capture