Samedi 30 novembre se tenait à l’Elysée la cérémonie de remise de la médaille de la famille. Créée après la Première guerre mondiale, cette distinction visait à «encourager la natalité» et à «récompenser des femmes qui avaient eu des familles nombreuses». Cette année, 29 familles de France métropolitaine et d’outre-mer et quatre personnalités œuvrant dans le domaine de la politique familiale et de la protection de l’enfance ont été récompensées. L’occasion pour le président de la République de se féliciter de la forte natalité de la France et de sa politique familiale exemplaire parmi les autres pays européens, mais aussi de reconnaître et de rendre hommage à toutes les familles:

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Cérémonie de remise de la médaille de la famille

La fin de son discours était d’ailleurs consacrée au respect de la diversité des familles, comme un des principes de la politique familiale en France (à partir de 12’50):

«Bien sûr il y a un modèle familial qui existe depuis des générations et des générations: c’est le modèle où l’on se marie et où l’on fait toute sa vie ensemble avec beaucoup d’enfants… ou pas forcément beaucoup d’enfants. Mais on voit bien que les évolutions de la société sont telles qu’il y a aujourd’hui, non pas un seul modèle familial, mais plusieurs familles. Il y a les familles unies, séparées, recomposées, monoparentales, il y a même des familles homosexuelles. Donc il y a toutes les familles, elles doivent être regardées comme telles.»

La cérémonie avait aussi pour but de saluer le travail des acteurs et actrices des politiques familiales, et de reconnaître «le mouvement familial lui-même et l’Union nationale des associations familiales (UNAF)». Pour mémoire, alors que le président appelle au respect de toutes les formes familiales, cette organisation s’oppose à l’adhésion d’associations homoparentales, et avait par ailleurs copieusement hué la ministre de la Famille, Dominique Bertinotti, en juin 2012, pour avoir évoqué «l’égalité entre familles» et l’ouverture de «l’adoption et [du] mariage à tous les couples».