Bruno Lenoir et Jean Diot. Ces noms ne vous disent peut-être pas grand chose et pourtant, ils font partie de l’histoire homo. En 1750, ce furent les deux derniers hommes exécutés pour raison d’homosexualité en France.

Alerté par un internaute à l’occasion d’un chat sur Yagg le 22 mars 2011, Ian Brossat, président du groupe communiste au Conseil de Paris, s’était engagé favorablement pour que leur mémoire soit honorée. Il a tenu parole. Le 16 et 17 mai suivant, le Conseil de Paris votait à l’unanimité un vœu en ce sens. Et quelques mois plus tard, selon nos informations, ce même Conseil s’apprête à approuver une délibération afin qu’une plaque commémorative puisse être apposée à la mémoire des deux hommes.

Yagg s’est procuré cette délibération et révèle le texte de la plaque: «Le 4 janvier 1750, rue Montorgueil entre la rue Saint-Sauveur et l’ancienne rue Beaurepaire, furent arrêtés Bruno Lenoir et Jean Diot. Condamnés pour homosexualité, ils furent brûlés en place de Grève le 6 juillet 1750. Ce fut la dernière exécution pour homosexualité en France.» La délibération actant le vœu devrait être adoptée lors du prochain Conseil de Paris, qui se tiendra les 16, 17 et 18 décembre. La plaque sera apposée à l’angle des rues Bachaumont et Montorgueil (photo ci-dessus), dans le deuxième arrondissement de Paris.

Pour Ian Brossat, «ce vote aura évidemment une signification politique forte au vu du contexte marqué par une recrudescence des violences homophobes.»

Photo Google Maps