Le 17 avril dernier, ils avaient fait irruption en proférant des insultes homophobes et cassé du mobilier en jetant des chaises sur la vitrine. Les trois prévenus dans l’affaire de l’attaque du bar gay le Vice & Versa ont finalement été condamnés à une peine de six mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Lille. Le 4 septembre, le parquet avait requis une peine de douze mois, dont six avec sursis.

Jean-Philippe Bouthors, Yohann Mutte et Flavien Metgy, âgés de 18 à 25 ans, tous trois proches de mouvements d’extrême droite, rentraient de la manifestation contre le mariage pour tous, quand ils se sont attaqués au Vice & Versa. «Aucune tolérance de la société ne peut être exprimée», avait déclaré le procureur, ajoutant que la peine devait être «une forme d’avertissement». Malgré cela, le tribunal n’a pas retenu le chef d’injures à caractère homophobe.

L’avocat des victimes a jugé que les avocats des trois hommes avait «essayé de gagner un maximum de temps», repoussant l’audience à trois reprises, afin qu’elle ne se tienne pas dans le contexte tendu des débats autour du mariage pour tous. Me Jérémy Cateau, un des avocats des agresseurs, a quant à lui démontré «un traitement hors de proportion» de cette affaire qu’il a qualifiée de «grand gâchis», de «tempête dans un verre d’eau».

L’attaque du bar lillois avait eu lieu à peine dix jours après l’agression de Wilfred de Bruijn et de son compagnon, qui avait déclenché une tempête médiatique autour de la libération de la parole homophobe suite aux débats et aux manifestations autour du mariage pour tous.

Photo France 3