Dans une interview pour le magazine Latina, l’actrice Michelle Rodriguez est revenue brièvement sur son coming-out en tant que bisexuelle dans Entertainment Weekly en octobre dernier. Questionnée sur le fait d’avoir évoquée cette partie de sa vie privée, l’actrice a répondu du tac-au-tac: «Je me fais vieille. Cela aurait fini par s’ébruiter et je ne serais pas capable de le gérer. Je voulais être honnête à propos de qui je suis et voir ce qui allait se passer.»

FEMMES DITES «FORTES»
Michelle Rodriguez a aussi évoqué sa forte propension à jouer des rôles de femmes dites «fortes», loin des clichés, de Letty Ortiz, son rôle dans les films Fast & Furious, à Paz qu’elle a doublé dans le dessin animé Turbo. Des rôles qui lui vont comme un gant et qui lui conviennent plus que jamais: «Je crois que c’est parce que je m’ennuierais sinon [Rires]. Vous savez, il y a une forte rébellion que je sens à l’égard des rôles classiques et stéréotypés où la femme subit les grossesses et obéit à ce qu’on lui dit de faire. Il y a quelque chose là-dedans qui me fait vomir. Alors je m’en éloigne le plus possible dans le cadre de ma carrière. Et il y a des tas de gens tout comme moi, qui je crois, sont d’accord.»

REGARD TRÈS CRITIQUE
L’actrice pose aussi un regard très critique sur les rôles féminins qui sont proposés aujourd’hui au cinéma: «Vous savez, je crois qu’il y a de l’or là-dedans, une vraie richesse dans la dureté que l’on peut trouver dans l’industrie du film. J’adore les Meryl Streep, j’adore les Cate Blanchett. J’adore ces incroyables actrices qui ne font pas juste leur travail, mais qui le font de façon incroyable et inspirante. Il y a un écart de génération et aussi cette force sexualisée, qui ne me paraît pas réelle. La version d’un mec de ce que doit être une femme forte. […] C’est juste bizarre, j’ai l’impression que plus de femmes devraient venir et raconter des histoires. Quand on regarde les statistiques, c’est triste le fait que 30% des femmes de cette industrie ne soient pas disposées à donner une perspective féminine à une histoire.»

Photo © Constantin