Leurs noms ne sont pas forcément connus du public, mais leur engouement contre l’égalité des droits a été remarqué au cours des derniers mois. Arnaud Boutheon, un proche de Virginie Merle-Tellenne, Marie-Fatima Hutin, qui défilait parmi les «Marianne» et militait au sein du collectif «Les adoptés pour l’enfance», Madeleine de Jessey, une jeune catholique qui a cofondé «Les Veilleurs», Sébastien Pilard, qui a été coordinateur de la «Manif pour tous»,  et Faraj-Benoît Camurat sont sur le point d’officialiser la création de «Sens commun», une association ayant pour vocation à rejoindre l’UMP, rapporte Le Nouvel Obs, qui précise des informations avancées par Le Point il y a un mois.

Le but de ces militant.e.s anti-mariage pour tous? Peser dans le débat d’idées au sein de l’UMP pour faire du parti un relais de leurs positions. Nicolas Sarkozy les a reçu.e.s la semaine dernière et des discussions ont débuté avec Jean-François Copé sur leurs futurs rôles au sein du parti. François Fillon les rencontrera prochainement. Sébastien Pilard confie que certains membres de «Sens commun» pourraient figurer sur les listes UMP aux municipales. Le groupement assure qu’aucun échange financier n’est prévu avec le parti. Ses membres sont persuadé.e.s que cette union représente une aubaine pour le principal parti d’opposition: «L’UMP a intérêt à nous intégrer», a glissé Sébastien Pilard.

Pour l’heure, le mouvement consiste en un compte Twitter créé un an après la première «Manif pour tous» parisienne et dont les messages promettent des nouveautés imminentes.

La «Manif pour tous» continue à affirmer être apolitique.

Photo Xavier Héraud (manifestation du 13 janvier 2013)