À seulement 16 ans, Jack Andraka a inventé un test médical permettant de détecter de façon précoce certaines formes de cancer. « »Peut-être si ça avait été détecté plus tôt ». C’est ce que les docteurs ont dit à propos du cancer du pancréas de mon oncle, explique l’adolescent. Comme si ça n’avait pas été possible avec tous les examens qu’ils font. Mais qu’est-ce que j’en savais? J’étais trop jeune pour comprendre des choses comme un cancer. Comment on peut le détecter. Trop jeune pour être pris au sérieux.» C’est dans son cours de biologie que Jack Andraka a finalement présenté son projet. Il avait alors 14 ans. Le test qu’il a inventé est 168 fois plus rapide, 400 fois plus fiable et 26000 moins coûteux que les tests médicaux standards. «C’est un peu comme avec le diabète, on dépose une goutte de sang, et on a le résultat», affirme le jeune inventeur.

«LE GOSSE BIZARRE»
Cette semaine, le jeune garçon, originaire du Maryland et ouvertement gay, a reçu le prix Giuseppe Sciacca, une récompense du Vatican, remise par le pape François lui-même. L’honneur est immense pour Jack Andraka: «C’est vraiment incroyable d’être reconnu par le Vatican, en particulier en tant que scientifique gay. Je veux dire, cela aurait été du jamais vu il y a quelques années. Faire partie de ce pont du progrès est vraiment incroyable. Cela montre juste combien le monde a évolué pour accepter les personnes homos et LGBT.» Interviewé par le magazine Out (il fait partie des 100 personnalités de l’année 2013), Jack Andraka explique que s’assumer dans le milieu de la science n’a pas été si simple pour lui: «Et bien, être un jeune gay, je croyais que ça allait être horrible. C’est que dans les salons scientifiques, personne n’est homo, je suis le gosse bizarre. Et finalement, personne n’y accordé beaucoup d’importance – ça a été une vraie révélation. Mais à la fin, j’en étais très content.»

UN GÉNIE ÉMOTIF ET SINCÈRE
Contre toute attente, ce petit génie ressemble juste à un garçon de son âge. Le voir recevoir le grand prix lors de la Intel International Science and Engineering Fair en 2012 révèle par ailleurs un adolescent d’une grande sensibilité.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Young Innovator Achieves Childhood Dream at Intel ISEF

De même, Jack Andraka reste d’un naturel déconcertant lors de son interview sur le plateau de Stephen Colbert, qui le charrie gentiment puis s’extasie devant la prouesse scientifique du garçon, lorsqu’il lui explique le fonctionnement de son invention avec une facilité sans égale.

LA CURIOSITÉ AVANT TOUT
Jack Andraka défend aussi un meilleur enseignement de la science dans les écoles avec un enthousiasme communicatif: «Tous les enfants s’intéressent à la science, tous les enfants sont curieux, car il ne s’agit que de ça, de découvertes, de chercher la vérité, de curiosité… Et l’école a vraiment démoli la passion des gens pour les sciences. Ils ont transformé cette chose cool qui est d’enquêter sur différentes questions en… « Essayons de mémoriser 5000 données… »» Sans oublier que le coût prohibitif des revues scientifiques ne lui a pas facilité la tâche dans ses recherches: «À cause de ça, il y a un énorme fossé entre les jeunes et la science, analyse-t-il. Un single de Katy Perry coûte 99 cents. Un article scientifique coûte 35 dollars, alors forcément il y a un message très confus.»