Des député.e.s du Parlement européen ont reçu hier, lundi 18 novembre, des propositions d’amendement suggérées par Homovox, un des multiples collectifs de la nébuleuse «Manif pour tous» rassemblant «les homos contre le mariage gay» (quitte à faire doublon avec le «Plus gay sans mariage» de Xavier Bongibault). Ces amendements concernent une proposition de résolution du Parlement contre l’homophobie et les discriminations fondées sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre.

PAS DE DROITS FONDAMENTAUX POUR LES LGBTI
Si les suggestions d’Homovox ont peu de chances d’aboutir, elles révèlent la stratégie que compte désormais adopter ce mouvement pour essaimer ses idées. Un paragraphe en particulier devrait être réécrit à en croire le groupuscule. Voici la rédaction initiale du texte: «Une stratégie globale fait actuellement défaut à l’Union européenne pour protéger les droits fondamentaux des personnes LGBTI». Trois versions ont été avancées par Homovox pour modifier cette phrase.

1. «Une stratégie européenne fait actuellement défaut dans la lutte contre l’homophobie.»
2. «Une véritable stratégie fait actuellement défaut à l’Union européenne pour protéger les personnes victimes d’homophobie.»
3. «Une véritable stratégie de lutte contre l’homophobie fait actuellement défaut à l’Union européenne pour protéger les personnes victimes d’homophobie et discriminées en raison de leur orientation sexuelle.»

Pour justifier ce changement du texte, la «filiale» de la «Manif pour tous» argumente:

«Homovox s’interroge sur la définition de l’expression « droits fondamentaux des personnes LGBTI ». Le collectif craint ainsi que des droits spécifiques ne les marginalisent, en stigmatisant leur orientation sexuelle qui est du ressort de leur vie privée. Les personnes LGBTI n’ont pas de droits fondamentaux particuliers mais bien les mêmes droits fondamentaux que toute personne humaine. En outre, le Parlement européen n’est pas légitime pour statuer sur les droits de l’homme. C’est pourquoi, l’objectif de cet amendement est de recentrer davantage la politique européenne sur la lutte contre l’homophobie, qui reste la véritable préoccupation des personnes LGBTI.»

Égale à elle-même, l’organisation présidée par la très catho’ Nathalie de Williencourt privilégie le concept  «d’homophobie», qu’elle peut réinterpréter à sa façon. Sur le site du groupement, on peut par exemple lire que l’ouverture du mariage aux couples homosexuels «est un projet homophobe»… Des commentaires de personnes ayant participé aux rassemblements contre l’égalité des droits remercient Homovox de leur donner bonne conscience: «Vos témoignages sont précieux pour nous hétéros qui en avons vraiment assez d’être traités d’homophobes», écrit ainsi Pascale. Mais n’en déplaise à Homovox, tant que des discriminations à raison de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre seront pratiquées, ces traits ne relèveront pas de la «vie privée», comme l’avait analysé le député Sergio Coronado (EELV).

Photo YouTube (Clément Borioli, porte-parole d’Homovox)