Alors que le festival de cinéma LGBT Pink Screens vient à peine de se terminer, le L-Festival débutera dès demain à Bruxelles. Lesbien et féministe, cet événement culturel et militant propose projections, soirées, mais aussi ateliers jusqu’au 30 novembre à la Rainbow House et dans d’autres lieux de la ville.

Au programme de ces dix jours, la soirée organisée avec l’association queer féministe et body-positive Fat Positivity Belgium, la projection du film Born In Flames, ainsi qu’une soirée spéciale Emilie Jouvet avec la projection de Much More Pussy, ainsi que de Entre Filles on risque rien, réalisé dans le cadre de la campagne Tu sais quoi?. Anciennement L-Week, le L-Festival n’a pas que changé de nom, il est aussi devenu plus participatif, comme l’explique à Yagg Delphine Von Kaatz, une des programmatrices du festival. «Aujourd’hui, l’idée est de faire que les personnes qui viendront au festival soient aussi actrices, à travers les ateliers, les débats. L’idée est de faire un événement convivial.» Et il y en aura pour tous les goûts: envie de réaliser un film qui vous ressemble? Laissez-vous tenter par le Kino Kabaret. Besoin d’apprendre à maîtriser votre sécurité? Rendez-vous à l’atelier de self-défense. Sans oublier le Food Workshop ou l’atelier «Anatomie féminine, plaisir et connaissance de soi» menée par Wendy Delorme.

Contrairement à d’autres festivals lesbiens et féministes, le L-Festival mise sur la mixité. «Seuls certains événements ou ateliers seront non-mixtes, souligne Delphine Von Kaatz. Mais en tant que festival militant, nous avons souhaité garder une grande ouverture et rester inclusif pour faire découvrir la culture lesbienne.»

Voir toute la programmation du L-Festival.