[modification le 11 juin 2016]

Samedi après-midi,  Jacques (le prénom a été modifié) a porté plainte après que lui et son ami ont été insultés et menacés alors qu’ils étaient dans un des bassins de l’Espace Loisirs de Tourcoing Les Bains. «Sale pédé, casse-toi de ma piscine avec ton mariage pour tous, va faire tes trucs de pédé ailleurs», a commencé à proférer un homme à côté d’eux. Rétorquant qu’il n’avait qu’à changer d’endroit,  Jacques a essuyé de nouvelles insultes. Lui et son ami ont donc fait signe au maître-nageur, tandis que l’insulte laissait place à la menace physique. Le maître-nageur a alors demandé au couple de sortir du bassin. Estimant que c’était l’agresseur qui devait être évacué, Jacques a refusé d’obtempérer. Un vigile est ensuite intervenu, expliquant qu’éloigner les deux hommes permettrait à leur agresseur de se calmer. Une personne se présentant comme le directeur de l’établissement s’est alors adressée au couple, puis à celui qui l’avait insulté. Le couple a fini par quitter le bassin. Mais en s’éloignant de la piscine peu de temps après, Jacques et son ami ont entendu de nouvelles insultes, de la part d’autres usagers, puis du même agresseur.

LA PISCINE S’EST RANGÉE «DU CÔTÉ DE CELUI QUI S’ÉNERVE LE PLUS»
Tout de suite après l’incident, Jacques s’est rendu au poste de police et a porté plainte contre X et contre le directeur de la piscine. «Je voulais porter plainte contre la piscine au départ, comme elle a cautionné cette agression. Au poste de police, la policière m’a dit qu’il fallait que je porte plainte contre X. Cela allait permettre de citer les personnes concernées, car en faisant son enquête la police de Tourcoing va s’adresser à elles: le directeur de la piscine, le vigile.» Jacques  est confiant quant à l’identification de son agresseur: «Ce ne sera pas trop difficile, il y a des caméras dans plusieurs endroits de la piscine. Apparemment, cette personne est connue à la piscine, et réputée pour s’énerver rapidement.» Jacques ignore encore s’il investira dans la procédure judiciaire au-delà. Pour le moment, il a néanmoins signalé son agression sur le site de SOS homophobie. Au-delà des insultes qu’il a reçues, c’est avant tout le fait que la piscine ne l’ait pas défendu face à un agresseur qui énerve Jacques, qui se dit «écœuré» par ce manque de réaction. Pour lui, le personnel de la piscine n’a pas su intervenir correctement: «Ils ne savent pas gérer des conflits et la seule chose qu’ils ont choisi de faire, c’est de se ranger du côté de celui qui s’énerve le plus. Je soupçonne aussi qu’il y ait un fond d’homophobie là-dedans, que cela faisait écho à leur propre conviction.»

LE DIRECTEUR DÉFEND SES EMPLOYÉS
De son côté, Jean-François Druon, le directeur de la piscine de Tourcoing, ne cache pas son mécontentement après avoir eu connaissance de la plainte de Jacques contre lui: «J’ai appris sur Facebook qu’on portait plainte contre moi, alors que je n’étais même pas présent samedi après-midi!», affirme-t-il à Yagg. Malgré son absence, il soutient que les responsables qui sont intervenus ont bien agi: «Ils ont demandé au couple de sortir de l’eau, tout d’abord pour sa sécurité, puis l’agresseur a été lui aussi sorti de l’eau. Les deux parties ont été entendues, maintient le directeur, et le couple a finalement été invité à profiter de la baignade.» Et ce n’est qu’ensuite que les deux hommes se seraient retrouvés de nouveau nez-à-nez en quittant les lieux avec la personne qui avait déjà proféré des insultes homophobes. «Nous ne cautionnons pas de tels comportements, insiste Jean-François Druon, mais je ne peux me satisfaire d’une telle situation.» Désormais, le directeur de la piscine de Tourcoing a l’intention de rencontrer le couple afin de discuter avec les deux hommes.

Photo Espace Loisirs de Tourcoing Les Bains