Après deux jours de débat, le Conseil législatif (chambre haute du Parlement) de la Nouvelle-Galles du Sud – dont la capitale est Sydney – s’est prononcé contre une proposition de loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe. Avec 21 voix contre et 19 pour, l’écart entre soutiens et opposant.e.s est toutefois très mince.

DÉFECTION DU PREMIER MINISTRE
Un comité parlementaire réunissant des élu.e.s de plusieurs partis a été à l’origine du texte. Même des parlementaires opposé.e.s à la coalition actuellement au pouvoir se sont prononcé.e.s en faveur de l’ouverture du mariage. Mais le texte n’a pas obtenu le soutien du Premier ministre Barry O’Farrell pourtant favorable au mariage des couples de même sexe. L’élu a repris l’argumentaire des opposant.e.s au texte pour indiquer à la veille du dépôt de la proposition de loi qu’il voterait contre au motif que cette question n’est pas du ressort de l’État de Nouvelle-Galles du Sud mais de la fédération d’Australie.

Le révérend et parlementaire chrétien-démocrate Fred Nile (en photo ci-dessus) s’est réjoui de l’échec du vote et s’est félicité d’avoir rallié à sa cause le Premier ministre. «Il était important que le Premier ministre se prononce, qu’il dise ce qu’il pense de cette question. Il était un peu réticent mais il a finalement accepté de faire cette déclaration publique et cela a eu l’effet escompté sur certain.e.s membres indécis.es de la coalition», a-t-il commenté avant de préciser qu’il fêterait le rejet de la loi lors de son propre mariage le mois prochain. Le Guardian a relevé que cet élu de 79 ans s’inquiète que la jeune génération ne partage pas ses valeurs et ses opinions. Fred Nile s’était en 2011 indigné que la ministre Penny Wong annonce que sa compagne était enceinte, rapporte The Australian.

«Je suis foncièrement opposé à ce qu’un bébé soit élevé par deux mères. Elle n’aurait pas dû rendre cela public. Cela ne sert qu’à promouvoir leur style de vie lesbien et elles essaient de le faire passer pour naturel alors que c’est contre-nature.»

«SALOPES LESBIENNES»
Pour plusieurs parlementaires de l’État, la question de l’ouverture du mariage sera bientôt abordée par la fédération, ce qui légitime que le parlement local ne se prononce pas pour l’instant. Mais selon Trevor Khan, qui a participé à la rédaction du texte de loi alors qu’il est issu du très conservateur Parti national d’Australie, cet argument ne tient pas, comme il l’a confié au Sydney Morning Herald: «Je trouve qu’il est difficile d’accepter que l’on demande à des gens d’attendre à l’arrière du bus un peu plus longtemps parce que quelqu’un assure qu’un bus Mercedes arrivera dans cinq ou dix ans». À en croire le Guardian, il y a peu de chances pour que le parlement de Nouvelle-Galles du Sud se prononce de nouveau sur cette question avant 2015.

Pendant le débat, l’élue travailliste Heather Westwood a lu une lettre au contenu insultant pour montrer la virulence de certain.e.s opposant.e.s à la proposition de loi. Un avocat en exercice lui a en effet adressé les mots suivants:

«Aucun Australien sain d’esprit ne veut entendre parler de tapettes qui se marient. Le mariage n’a rien d’un jeu entre des pédés et des salopes lesbiennes. Nous sommes désolés pour les enfants et les petits-enfants qui doivent dire: « Ma grand-mère était une salope lesbienne ».»

Une autre élue du même parti, Penny Sharpe, a préféré conclure sur une note positive:

«Être gay ou lesbienne est normal, être gay ou lesbienne est naturel, être gay ou lesbienne n’est pas un choix… C’est la discrimination qui est contre-nature.»

Photo YouTube