La 12e édition du festival Pink Screens aura lieu du 7 au 16 novembre à Bruxelles. Une fois de plus, cet incontournable rendez-vous cinématographique s’est offert une programmation très alléchante: «Le premier critère de sélection pour les films des Pink Screens est la cinéphilie, expliquent à Yagg les organisateurs/trices. Avant tout, nous souhaitons faire découvrir l’amour du cinéma de notre comité de programmation, sept personnes aux intérêts forts différents qui discutent longuement et passionnément autour de leurs coups de cœur et coups de gueule.» Éclectique, militante, la programmation propose les films marquants de l’année 2013 L’Inconnu du lac, Gerontophilia, Who’s afraid of Vagina Wolf mais aussi quelques pépites moins connues comme le très loufoque et touchant Heavy Girls, ou encore Sexing the Transman.

DES CYCLES THÉMATIQUES
Durant le festival, un cycle «To the East» proposera une série de films sur l’Europe de l’Est avec notamment le documentaire Pussy riot, a Punk Prayer, mais aussi les films polonais Floating Skyscrapers et In The Name of (récompensé aux Teddy Awards de Berlin et lors du festival Chéries-Chéris à Paris), ainsi que Klip, un film serbe à la Larry Clark sur les adolescents et l’hypersexualisation. «Nous organiserons à cette occasion une collecte de fonds destinée à soutenir le festival LGBT de Saint Petersbourg Side by Side, dont l’existence est menacée.» Autre cycle, «Body Postitivity», une sélection préparée en partenariat avec le groupe militant belge Fat Positivity, qui proposera plusieurs films défiant les normes corporelles imposées par la société hétéronormée à travers le burlesque (Exposed), le porno (Lesbian Curves), ou la natation synchronisée (Aquaporko). Le festival Pink Screens organise aussi des séances scolaires avec notamment Tomboy ou encore Fucking Amal. Enfin, plusieurs soirées, débats et performances viendront animer la manifestation.

UNE AMBIANCE SI PARTICULIÈRE
Pink Screens est devenu un rendez-vous majeur à Bruxelles, attirant chaque année un public plus nombreux. «Nous avons accueilli 5000 visiteurs l’an dernier. Dans le même temps, le festival reste un festival amateur, au sens noble du terme. Tou.t.e.s sont bénévoles, ainsi que ceux/celles qui gèrent le Cinema Nova, ce qui donne au festival son ambiance si particulière.» Pink Screens parvient aussi à attirer un public au-delà de la communauté LGBT bruxelloise: «Le Festival Pink Screens est un festival queer au sens large du terme, et les films que nous proposons traitent des questions de genre et de sexualité sans aborder forcément l’homosexualité, même si beaucoup le font. C’est le cas de Klip, un film très hétéro sur la sexualité des jeunes, de Pussy Riot, a Punk Prayer, ou de Fuck for Forest sur des activistes qui baisent pour sauver la forêt amazonienne. »

Voir toute la programmation.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur PINK SCREENS 2013 Program Trailer