Dans une tribune publiée sur Le Plus, Dom Bochel Guégan félicite la chaîne de supermarchés Super U pour son catalogue de Noël. La marque a clairement fait le choix de ne pas séparer les jouets par genre: poupées, dinettes d’un côté bien signalé en rose, voitures et jeux de mécano de l’autre en bleu. Rien de tout ça dans le catalogue de Super U: garçons et filles font la cuisine, des constructions en bois et des câlins à leur baigneur.

Mais le catalogue ne fait pas l’unanimité. Chez les ennemi.e.s du «Djendeur», il est même la preuve que voir un garçon jouer à la poupée est le signe d’une société qui court à sa perte. «Non seulement les magasins U font preuve d’esprit égalitaire, mais de plus, ils enragent le Printemps Français, mouvement néo crétin qu’on ne présente plus, contrarient les Veilleurs, cassent les pieds aux Hommen et font suer la manif pour tous, tous ces mouvements qui prétendent « ne rien lâcher ». Là, c’est comme qui dirait du tout en un, la cerise sur le paquet cadeau.»

Pour la chroniqueuse, l’archaïsme de ces groupes anti-égalité va de paire avec un racisme nauséabond qui a refait surface récemment, quand des insultes ont été proférées contre Christiane Taubira par des enfants agitant une banane. «Dans leur monde à eux, ces mouvements qui se veulent les garants de la tradition, alors qu’il ne sont que des remugles d’un système dépassé, les petites filles jouent à la poupée, les petits garçons aux automobiles, les filles font la dînette et les gars de la voiture à pédales, enfin non, pas de pédales, on ne sait jamais. Eux, veulent les femmes à la cuisine et les mecs, les vrais, ceux qui se baladent torse poils (sans poils) ils les préfèrent debout, devant les institutions de la République, ou en enfilade dans la montagne. Mais alors voir des petits garçons jouer à la poupée, et des petites filles bricoler, ça non, ils les préfèrent banane à la main, marionnettes de leurs parents.»

À lire sur Le Plus.