C’est pour son implication et son dévouement à la cause des LGBT d’Ouganda que la militante Kasha Jacqueline a reçu ce dimanche 29 septembre le prix international des droits de l’Homme de Nuremberg. Il lui a été remis par Boris Dittrich, directeur du programme LGBT de Human Rights Watch.

Celui-ci a notamment mis en avant le fait que les combats que mène cette activiste ont eu des répercussions positives au-delà de la communauté LGBT. Cette femme ose prendre la parole dans les médias, au mépris des menaces de mort à son encontre. Après que sa photo a été publiée dans le tabloïd ougandais Rolling Stone où elle a été désignée comme une lesbienne notoire, elle a porté plainte et gagné l’affaire. «Avec cette décision, Kasha a aidé à protéger non seulement les personnes LGBTI, mais aussi toutes les victimes d’incitation à la haine en Ouganda», a souligné Boris Dittrich. Elle a également pris part à la bataille juridique qui a conduit le pasteur américain Scott Lively à devoir répondre de ses discours homophobes devant un tribunal des États-Unis pour crime contre l’humanité.

Ce n’est pas la première fois que le travail qu’accomplit quotidiennement Kasha Jacqueline est ainsi mis en avant: en 2011, l’ONG Women Deliver l’a classée parmi les 100 femmes les plus actives dans la lutte pour les droits des femmes, et elle est également lauréate du prix Martin Ennals.

Photo DR