Encore un salon gay, mais pour quoi faire?, diront les plus sceptiques. Les organisateurs assurent que GayLife sera différent, en laissant une large place aux débats et à la convivialité. Jacques Durand, l’un des commissaires généraux de GayLife 2013, a bien voulu répondre aux questions de Yagg.

Pourquoi un nouveau salon LGBT? Le concept GayLife est né principalement d’une envie: offrir à un public fier de sa diversité un espace à la mesure de ce défi permanent et un peu insensé que représente la vison des différences comme valeurs de rassemblement plutôt que comme facteurs de clivage. Je ne connais personnellement aucun événement du même ordre en France qui en ait fait son axe fondateur, et encore moins un qui l’affirme aussi fermement que GayLife avec sa devise «l’art de vivre, ensemble».

Comment mettez-vous ce concept en musique? Contrairement peut-être à d’autres salons qui se sont tenus dans le passé, GayLife est conçu et réalisé par des acteurs de tous horizons et de toutes sensibilités, avec un même objectif: proposer au public un univers multicolore et rassembleur, où la différence est un atout quand elle est pensée et vécue avec humanisme.

Ainsi, plutôt que nous adresser à une ou plusieurs communautés, ce qui est un peu réducteur, nous invitons toutes et tous ceux qui se reconnaissent dans la diversité à venir faire la fête pendant trois jours, ensemble… Alors nouveau salon, oui, nouveau salon LGBT, oui mais, nouveau salon hétérogay-friendly, oui assurément!

En quoi GayLife est-il différent? Il est déjà différent par son concept. Il se veut aussi novateur par sa configuration, qui se démarque complètement des traditionnels blocs d’allées sans âmes avec des rangées de stands en enfilade. Avec sa disposition en étoile, aucun risque de se perdre par manque de repères: ici tout est pensé comme un véritable espace à vivre, avec un espace central de type «cosy lounge» et ses canapés invitant à la conversation, un terrain de beach-volley pour le fun, une piste d’essai pour les amateurs de mobilité urbaine, un espace «speed dating» pour se rencontrer autrement, sans oublier plusieurs expositions pour les passionné.e.s de culture… Cerise sur le gâteau, plusieurs visiteurs/euses repartiront de GayLife leur rêve en poche: mise en images du scénario primé au concours «GayLife fait son cinéma», mariage clé en main pour le couple lauréat du jeu «jevousprendshomo.com» ou encore, en clôture, remise des clés de la MINI BRICK LANE offerte par GayLife par le DJ Bob Sinclar en personne! Tout ceci devrait permettre au public de vivre une expérience différente de ce qu’il a pu voir par ailleurs, le tout dans une ambiance décontractée, raffinée et avant tout, conviviale.

Que pourrons trouver les visiteurs au salon GayLife? Il nous paraît important de préciser que GayLife ne se résume pas à un «salon», c’est un événement complet, conçu autour de 5 grands axes : l’exposition à proprement parler, les rencontres, les ateliers, les concerts et enfin les points Conseil & Prévention.

Outre les nombreux/ses exposant.e.s sélectionné.e.s soigneusement sur la qualité de leur offre de biens et de services, les visiteurs/euses auront à leur entière disposition des espace de réflexion et de débat sur des sujets de société et d’actualité.

Ils et elles pourront découvrir la pratique de disciplines ludique ou pratique. Chaque fin de soirée, ils/elles bénéficieront de nombreux concerts avec certaines des vedettes qu’ils/elles ont pu découvrir tout l’été avec le Casting de la Mascotte GayLife. Pour celles et ceux qui ont besoin d’un avis d’expert, des professionnel.le.s du droit, de la famille, de la santé ou des services à la personne seront là pour les éclairer gratuitement. Sans parler des nombreuses animations qui égrèneront les journées: défilés, remises de prix, et autres surprises…

Quel type d’exposant.e.s avez-vous réussi à convaincre? Les exposant.e.s qui ont accepté notre invitation ont bien compris qu’avec les évolutions des deux dernières décennies, et tout particulièrement le mariage pour tous en 2013, notre société était entrée dans une nouvelle ère et que GayLife était pour elles/eux une occasion immanquable d’acter ce changement d’époque en y étant présent.e.s, que ce soit au titre de la structure qu’ils ou elles représentent, mais aussi comme les citoyen.ne.s solidaires qu’ils et  sont à titre personnel. Le projet GayLife a donc séduit des exposant.e.s de tous horizons, et nous remercions chaleureusement toutes les entreprises, institutions et associations (plus de 80 au total!), qui ont adhéré positivement à notre vision inclusive d’une société où tous les secteurs s’engagent à établir toujours plus de passerelles entre citoyens responsables et respectueux de la diversité.

Que diriez-vous à celles et ceux qui regardent ces salons comme des opérations uniquement mercantiles? Si nous restons à l’écoute de toute critique positive permettant au concept GayLife de gagner encore en attractivité et en intérêt dans ses prochaines éditions, le reste ne nous intéresse guère! Restons lucides: un événement comme GayLife est une énorme machine à tous niveaux, et avec cette crise terrible que nous subissons tou.te.s, si notre seul objectif avait été celui-là, nous aurions probablement patienté encore un peu avant de nous lancer dans cette aventure. Nous aurions aussi réduit les rencontres, ateliers et autres événements citoyens à leur plus simple expression. Nous avons ainsi mobilisé toute notre énergie positive tout au long de cette magnifique aventure humaine pour que toutes et tous, participant.e.s comme visiteurs/euses, repartent de cette première édition de GayLife avec des étoiles plein les yeux… En nous donnant rendez-vous pour les suivantes!

Le site de GayLife 2013

Photo Jacques Durand (deuxième en partant de la gauche), l’équipe de GayLife… et la chanteuse Julie Piétri (quatrième en partant de la gauche).