Se décrivant comme un «ami» du présentateur, le journaliste Jacques Pessis avait affirmé à la radio que Thierry Le Luron que celui-ci avait dissimulé sa séropositivité pour que ses proches puissent bénéficier d’une assurance-vie à sa mort. Sans se prononcer sur le fond de l’affaire, la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris a débouté la famille de Thierry Le Luron pour des questions de procédure, rapporte l’AFP jeudi 26 septembre. Les ayants droits de l’animateur avaient porté plainte en diffamation contre le biographe Jacques Pessis et plusieurs magazines ayant relayé ses propos.

«Il n’y a pas d’assurance-vie», avait indiqué l’avocat de la famille Le Luron lors de l’audience du mois de juin. Le tribunal n’a pas cherché à déterminer si ces affirmations sont fondées ou pas. Le parquet et l’avocat de la défense soulignaient qu’à aucun moment le biographe n’a prétendu que la famille de l’animateur était au courant de cette dissimulation. Dès lors, l’infraction de diffamation à la mémoire d’une personne décédée n’est pas constituée puisqu’il n’y a pas eu d’atteinte «à l’honneur ou à la considération des héritiers, époux ou légataires universels vivants». Affaire classée.

Photo YouTube