En 2012, Flash Test, lancé à l’initiative de Sidaction, ciblait les gays en région parisienne. Cette année, l’opération, qui vise à faciliter l’accès au dépistage, concerne toutes les populations exposées (gays, migrant-e-s, usagers de drogues par voie intraveineuse) dans trois régions de métropole, les plus touchées par l’épidémie: Ile-de-France, Paca et Rhône-Alpes.

ACCÈS ÉLARGI AU DÉPISTAGE DU VIH
L’objectif de cette semaine? Réduire le nombre de personnes qui ignorent leur séropositivité et permettre un accès plus facile car élargi au dépistage rapide, dans des lieux plus divers que les simples centres de dépistage ou les hôpitaux. Des associations, des bars, des discothèques, des saunas proposent durant cette semaine des créneaux horaires spécifiques pour venir réaliser un test. En région PACA, le document d’information de Flash Test a été traduit dans 12 langues et des consultations en Langue des signes sont prévues pendant la semaine Flash Test.

C’est en décembre dernier, à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida, que Marisol Touraine avait annoncé l’extension de Flash Test à plusieurs régions (initialement, quatre étaient prévues). Une opération Flash Test est annoncée aussi prochainement en Guyane, la région française la plus touchée par le sida.

Sur le site de Sida Info Service se trouve la liste des villes et des structures participantes.

L’Inpes a également mis en ligne une vidéo explicative sur le déroulé d’un test de dépistage:

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Flash Test VIH: le dépistage rapide