C’est à la toute fin de l’émission Face aux Chrétiens, diffusée sur KTO, que Marisol Touraine a été interrogée sur la PMA. Après avoir abordé les retraites, ainsi que le dossier sur la fin de vie, l’un des journalistes présents, Bernard Gorce de La Croix s’est penché sur cette question et sa possible intégration à la loi famille (à 48’15): «Une loi sur la famille est en préparation, apparemment beaucoup de parlementaires socialistes veulent que les débats qui auront lieu au Parlement début 2014 sur le sujet soient l’occasion de réintroduire la PMA. Est-ce que à votre avis, c’est le bon moment, l’opportunité, le lieu pour le faire?» Voici la réponse de la ministre de la Santé, conforme à celle qu’elle avait donné sur BFM dimanche dernier:

«Nous verrons ce que sont les débats qui vont avoir lieu pour la préparation de ce texte auquel travaille en particulier Dominique Bertinotti, la ministre déléguée auprès de moi à la Famille. La PMA est un sujet qui ne doit pas diviser, qui ne doit pas provoquer de crispations, est-ce le moment de réintroduire ce sujet alors même que la loi sur la famille portera sur des questions très différentes, par exemple l’adoption ou la définition des droits familiaux? Je n’en suis pour ma part pas certaine. Je crois que la perspective de l’extension de ce droit de la PMA à l’ensemble des couples peut être évoquée, elle peut être un enjeu pour certains, je ne suis pas certaine qu’elle trouve sa place dans cette loi.»

«C’est un enjeu à part entière?» insiste le journaliste. «Aujourd’hui c’est un sujet qui pose des questions d’éthique ou de bioéthique alors même que les autres sujets qui seront traités dans la loi famille n’en posent pas, donc je ne suis pas certaine que cette loi soit le meilleur endroit pour évoquer ces débats.»

Un point de vue loin de faire l’unanimité, puisque, comme le soulignait Nathalie Mestre, des Enfants d’Arc en Ciel, en juillet, « les questions d’éthique ont été tranchées il y a bien longtemps». Il ne s’agit plus désormais d’une question d’éthique – la PMA est autorisée en France –, mais d’égalité.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Marisol Touraine