Le 22 août dernier, Chelsea Manning faisait son coming-out en tant que trans’ à peine 24h après avoir été condamnée à 35 ans de prison pour avoir transmis des documents militaires de l’armée américaine à Wikileaks. Force est de constater que malgré sa demande d’être désormais appelée Chelsea et que soit utilisé le pronom féminin pour parler d’elle, bon nombre de médias n’en ont pas nécessairement tenu compte.

Slate remarque également que la fiche Wikipedia de Chelsea Manning n’a pas toujours été mise à jour de la même façon selon les différentes langues:

«L’article français, par exemple, s’il garde le titre « Bradley Manning », fait un choix différent sur les pronoms. Là où la version anglaise s’ouvre sur « Chelsea Elizabeth Manning (né Bradley Edward Manning, le 17 décembre 1987) est un soldat transgenre de l’armée des États-Unis […] », l’article français débute par « Bradley Edward Manning (ou Chelsea Elizabeth Manning, selon son souhait) est un analyste militaire de l’armée américaine de nationalité américano-britannique […] ».»

Transphobie ou souci de référencement? La transition d’un personnage public se révèle un casse-tête embarrassant pour Wikipedia. Mais comme l’a expliqué la journaliste et blogueuse Amanda Marcotte sur son blog XX factor sur Slate États-Unis, «plus vite les journalistes arrêteront d’écrire « Bradley » et commencent à écrire « Chelsea », plus vite tou.te.s celles et ceux qui suivent l’affaire s’adapteront, et changeront même leurs requêtes Google».

À lire sur Slate.