Dans une interview télévisée diffusée ce mercredi 4 septembre, le président russe Vladimir Poutine a assuré que son pays respecterait la Charte olympique et ne pratiquerait pas de discrimination à l’encontre des personnes LGBT, rapporte l’AFP.

«Vous pouvez être absolument certain que la Russie va respecter scrupuleusement les principes de l’olympisme qui interdisent toute discrimination. J’espère qu’il n’y aura pas de conséquences négatives, d’autant plus que nous n’avons pas de loi visant les personnes aux orientations sexuelles non traditionnelles. La Russie a adopté une loi qui interdit la propagande des relations sexuelles non traditionnelles parmi les mineur.e.s, ce qui n’est pas du tout la même chose. Nous voyons qu’il y a des tentatives de discréditer le déroulement des futurs Jeux olympiques, et malheureusement nous voyons que ces tentatives viennent en particulier des États-Unis.»

Si les propos du chef d’État peuvent sembler rassurants, il faut toutefois les mettre en perspective: comme l’avait indiqué un vice-Premier ministre, aux yeux du gouvernement russe, la loi «anti-propagande» n’a rien de discriminant puisqu’elle vise tout le monde. Le président a d’ailleurs justifié le vote de cette mesure par le déclin de la natalité en Russie. «Les personnes qui sont à l’origine de cette loi sont parties du principe que les mariages de même sexe ne produisaient pas d’enfants», a expliqué le président. Le cas de Tchaïkovski a également été évoqué. Pour Vladimir Poutine, l’homosexualité du compositeur n’avait rien de marquant: «Ce n’est pas la peine de faire d’une mouche un éléphant, il n’y a là rien d’affreux à cela».

En voyage en Suède, en route pour le sommet du G20 qui se tient les 5 et 6 septembre à Saint-Pétersbourg, le président américain Barack Obama a réitéré ses positions en faveur des personnes LGBT menacées par l’application de la loi «anti-propagande»:

«Nous partageons le fait de croire en la dignité et l’égalité de tous les hommes. Que nos filles méritent les mêmes chances que nos fils. Que nos frères et sœurs homosexuel.le.s doivent être traité.e.s de manière égale devant la loi.»

De son côté, l’Inter-LGBT appelle François Hollande «à engager un dialogue avec Vladimir Poutine sur la question du respect des droits humains en Russie» pendant le G20:

«Il est temps que la France et l’ensemble des chefs d’États présents rappellent Vladimir Poutine à ses engagements européens et internationaux en matière de respect des droits humains.»

L’inter-associative appelle par ailleurs à participer au rassemblement prévu le 13 septembre place du Trocadéro à Paris. Pour consulter la liste des regroupements organisés pour cette cause, consultez notre article.

Photo YouTube