Trois mois jour pour jour après l’interview où il déclarait: «Nous sommes pour l’égalité fille-garçon, pas pour la théorie du genre», le ministre de l’Éducation nationale Vincent Peillon a indiqué mardi 3 septembre sur France Inter que «la théorie du genre n’existe pas» (à partir de 18′ environ).

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Vincent Peillon – Interactiv’

C’est encore un artefact intellectuel pour créer des polémiques. Parfois, on parle de choses qui n’existent pas. Ce dont il faut parler c’est de l’égalité des filles et des garçons. Nous sommes dans une école, et il y a encore un rapport de l’inspection générale qui le montre, où il y a des discriminations très fortes entre les garçons et les filles. On le sait dans le monde professionnel: 30% de salaire d’écart, la difficulté de recruter des femmes ingénieurs alors qu’on a plus de jeunes filles qui passent le bas S, tout ça ne va pas et on est en train de prendre du retard par des stéréotypes qu’on a dans les esprits par rapport à des pays comme l’Espagne et d’autres pays autour de nous. Donc, nous avons mis en place un certain nombre de protocoles pour faire que la question de l’égalité filles-garçons dans l’orientation, dans le choix des métiers, soit quelque chose de réel dans notre pays. Il n’y a pas de théorie du genre, il y a une volonté de faire que dans l’école, il y ait de l’égalité, l’égalité entre tous, quelles que soient nos origines, et égalité entre les filles et les garçons.