Les premiers mots de Teddy Riner, invité du Grand Journal ce mardi 3 septembre, ont été pour le présentateur Antoine de Caunes:

– On peut rectifier quelque chose? C’est qui la tapette, c’est moi? Tu crois que je n’ai pas vu sur Twitter?
– Ah, l’histoire du SMS? Mais non, mais c’était une plaisanterie, Teddy, c’est juste…
– C’est qui la tapette?
– C’est moi! Enfin, je ne suis pas le seul autour de cette table…

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur C’est qui la tapette?

Ce court sketch fait référence à un tweet d’Antoine de Caunes, publié en août 2012, après que Teddy a remporté la médaille d’or aux Jeux Olympiques:

Depuis qu’il a repris les rênes de l’émission, Antoine de Caunes tente d’y imposer son style, notamment par quelques vannes, parfois répétées en amont, avec ses hôtes. Celle-ci se voulait probablement humoristique et bon enfant, mais elle fleure bon l’homophobie ordinaire.

Sur des forums dédiés au judo, on retrouve d’ailleurs les traces d’autres propos de Teddy Riner concernant des «tapettes». Au micro de RMC en 2008, visiblement sous l’effet de l’alcool, le judoka qualifiait le rugby de «sport de tapettes», ajoutant: «Moi, les rugbymen, je les enfonce. Ils sont le clou, je suis le marteau.» Vincent Moscato tentait alors de raisonner le sportif: «Teddy, tu as peut-être tes parents qui écoutent là, on n’est pas en 6e. […] Soit on est des cancres et on continue [comme ça] mais c’est vous qui allez passer pour des buses.» Il faut croire que le champion a continué comme ça.