«Grand témoin» de France Info ce lundi 2 septembre, Christophe Girard, maire ouvertement gay du IVe arrondissement de Paris, était invité pour évoquer son mariage au cinéaste Olivier Meyrou, en juin dernier. À l’époque, il a été le premier élu à épouser une personne du même sexe. «Incarner ce que l’on défend, c’est toujours mieux, ça permet d’expliquer», a-t-il remarqué, interviewé par Fabienne Sintes, ex-correspondante à Washington et nouvelle voix de la matinal de France Info.

«D’un point de vue personnel, c’est vrai que pour nous deux, on a le sentiment d’être des citoyens à part entière, comme les autres, c’est-à-dire avec les mêmes devoirs. Et d’être finalement un citoyen à part entière, n’est-ce pas ce que l’on souhaite lorsque l’on grandit dans la République, avec la devise “Liberté, égalité, fraternité”?»

Christophe Girard affirme aussi se sentir «plus responsable» de sa vie, et sentir ses «enfants mieux protégés», même si la loi famille n’est pas encore devenue réalité.

Le maire du IVe arrondissement s’étonne de la ferveur des opposant.e.s à l’ouverture du mariage, qu’il trouve déplacée:

«Je regrette qu’en période de crise, et parfois même de crise morale, que ceux qui viennent manifester contre un droit, qui ne leur enlève rien mais qui nous a donné à nous une meilleure place dans la société, ils n’aient pas autre chose à faire, de s’occuper plutôt de ceux qui sont en difficulté, comme par exemple en échec scolaire, pour les immigrés qui arrivent et qui ont des difficultés d’intégration. Je pense que là il y a un vrai travail charitable à faire.»

Quant aux maires qui refuseraient de marier des couples homos, Christophe Girard est sans concession:

«Quand on fait le programme des mariages à la mairie du IVe par exemple, on ne choisit pas les catégories de personnes que l’on aimerait marier. Il n’y a pas tel adjoint qui mariera les femmes blondes ou tel adjoint qui mariera les personnes de confession juive ou musulmane. On marie, on est de permanence, et on est là pour représenter et incarner la République. Les personnes sont ce qu’elles sont et ça relève de leur intime. Les élu.e.s qui refusent de marier, et les maires en particulier, se mettent en situation de délinquance politique et donc doivent être sanctionné.e.s. Et ont surtout la possibilité de démissionner.»

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Christophe Girard : « Incarner ce que l’on défend c’est toujours mieux »