Monde
Marches des Fiertés 2014
Monde | 28.08.2013 - 17 h 55 | 15 COMMENTAIRES
Bayard Rustin, ce gay méconnu qui militait aux côtés de Martin Luther King
Publié par
50 ans après le célèbre «I Have a Dream», Barack Obama a décerné une médaille posthume à celui qui a rendu possible la Marche sur Washington.

Le 28 août 1963, Martin Luther King prononçait à la tribune son célèbre discours intitulé «I have a dream» devant 250 000 personnes. 50 ans plus tard, ce mercredi 28 août 2013, le président Barack Obama prononcera à son tour un discours très attendu depuis le Lincoln Memorial. Il y a quelques jours, le chef d’État américain avait pris soin de rendre hommage à celui sans qui la Marche sur Washington n’aurait pas pu avoir lieu: Bayard Rustin. Lauréat à titre posthume de la médaille de la Liberté, la plus haute distinction pour un civil, il est décrit par la Maison Blanche comme «un Afro-Américain ouvertement gay, qui se tenait à l’intersection de plusieurs luttes pour l’égalité des droits».

UN LOURD PASSIF
Organisateur et coordinateur hors pair, Bayard Rustin est l’architecte qui a permis à Martin Luther King de prendre la parole devant une telle foule il y a un demi-siècle de cela. Dans un long portrait, le Guardian salue l’ingéniosité de cet homme qui a su penser aussi bien au contenu du discours qu’à la distribution de 800 000 sandwiches sans mayonnaise, de peur qu’avec la chaleur, celle-ci provoque des diarrhées chez les spectateurs/trices. John d’Emilio, le biographe de Bayard Rustin, décrit ainsi les semaines qui ont précédé ce qui fut l’un des plus grands rassemblements politiques aux États-Unis:

«Il dut bâtir une organisation à partir de rien. Il dut fédérer des personnes pour en faire une équipe à même de travailler sous de fortes pressions. Il dut former une coalition soudée malgré la concurrence systématique, les animosités personnelles et les antagonismes politiques. Il dut manœuvrer à travers le champ miné d’une opposition allant des libéraux préconisant la modération aux ségrégationnistes à l’œuvre pour saboter l’événement. Et il dut faire tout cela tout en restant assez loin des regards pour que son passif ne pèse pas sur son travail.»

Son «passif»? Bayard Rustin était un objecteur de conscience communiste en sus d’être homosexuel. Il a notamment été condamné à deux mois de prison après son interpellation pour avoir eu une relation sexuelle avec deux hommes dans une voiture sur un parking de Pasadena en 1953. Ce qui ne l’a pas empêché de côtoyer les plus grands pasteurs de l’époque, dont, évidemment Martin Luther King. Un mois avant la Marche sur Washington, le sénateur ségrégationniste Strom Thurmond a d’ailleurs tenté de décrédibiliser le prédicateur en utilisant Bayard Rustin. Il a brandi au Sénat une photo du révérend dans sa baignoire en pleine conversation avec l’activiste gay. L’attaque fut heureusement un coup d’épée dans l’eau.

L’organisateur de la Marche sur Washington était aussi décrié dans sa propre communauté. Ses positions et ses choix ne plaisaient pas à certain.e.s de ses pairs. Cela ne l’a pas empêché de prendre la tête de la logistique de cette manifestation sans pareille jusqu’à alors. Excentrique mais efficace et hyperactif, Bayard Rustin a transformé une église de Harlem à New York en quartier général pour planifier le rassemblement. Sa mission consistait à calmer les ardeurs des plus radicaux/les pour que tou.te.s se sentent en mesure d’assister à l’événement sans crainte, mais aussi à prévoir combien de sanitaires seraient nécessaires pour une telle affluence.

LA RUPTURE AVEC MARTIN LUTHER KING
Auprès de Martin Luther King, il était avant tout un conseiller. La non-violence et les idées de Gandhi ont été suggérées au pasteur par Bayard Rustin. Une rupture avait toutefois eu lieu entre les deux hommes lorsque le prédicateur a refusé de soutenir son collaborateur quelques années avant la Marche, raconte John d’Emilio sur Democray Now.

«Adam Clayton Powell, élu d’Harlem à la Chambre des Représentants, n’aimait pas le fait que des radicaux, comme Bayard Rustin, attirent autant l’attention et évoluent dans la même sphère que lui au Parti démocrate. Il a fait comprendre à Martin Luther King que s’il ne prenait pas ses distances avec Bayard Rustin, il ferait courir le bruit qu’il y avait quelque chose entre eux. Et cela a fait peur au Dr. King, et Bayard a décidé de démissionner. Mais il espérait aussi qu’à ce moment-là, quelqu’un prendrait sa défense. Et quand personne ne l’a fait, ce fut… ce fut douloureux. Ce fut très douloureux. Alors il a passé quelques années, au début des années 60, à s’impliquer surtout dans le mouvement pacifiste plutôt que dans les droits civiques à cause de cette rupture. Et c’est la Marche sur Washington qui l’a remis au centre.»

Son homosexualité est demeurée un frein à son activisme dans la mesure où les militant.e.s pour les droits des personnes de couleur cherchaient à donner une «bonne image» à leur mouvement. Lorsque les «bus de la liberté», censés lutter contre la ségrégation dans les transports ont commencé à circuler, les communistes, les toxicomanes, les mineur.e.s et les homosexuel.le.s en étaient exclu.e.s pour ne pas prêter le flanc à la critique. Bayard Rustin avait d’ailleurs adhéré à cette stratégie et préféré se mettre en retrait plutôt que de porter atteinte au mouvement.

«LES HOMOS SONT LES NOUVEAUX NÈGRES»
Vers la fin de sa vie, à la fin des années 70, la libéralisation de la société l’a aidé à prendre la parole de façon plus appuyée sur les droits des personnes LGBT. Walter Naegle, qui fut le compagnon de Bayard Rustin jusqu’à la mort de celui-ci en 1987, se souvient qu’il était beaucoup plus volubile sur la question:

«Il a commencé à parlé de ses propres expériences en tant qu’homme gay. Et il était invité à des conférences et des conventions par des groupes homos et il était interviewé par la presse homo. À ce moment-là, il était plus… à l’aise et ouvert sur ce qu’il était et ce qu’il avait vécu. Je pense qu’il était un peu surpris et enchanté. Je veux dire qu’à l’époque,  il venait d’avoir dans les soixante-dix ans. Et le mouvement homo, tel que je me le rappelle, quand il a commencé, était essentiellement un mouvement de jeunes. Alors je pense qu’ils le voyaient comme une figure d’autorité, un aîné, si vous voulez.»

Dans un discours de 1986, intitulé «Les homos sont les nouveaux nègres», Bayard Rustin a tenté de comparer les progrès de la lutte pour les droits civiques des personnes de couleur et le combat pour l’égalité des droits des homosexuel.le.s, rapporte Killing The Buddha, une publication portant sur la culture, la religion et la politique.

«Aujourd’hui, les noir.e.s ne sont plus la référence ou le baromètre des évolutions sociales. Les noir.e.s sont dans tous les secteurs de la société et il y a des lois qui les protègent de la discrimination raciale. Les nouveaux « nègres » sont homos. C’est dans ce sens que les homos sont le nouveau baromètre des évolutions sociales. La question des avancées sociales doit avoir pour cadre le groupe le plus vulnérable qui vienne à l’esprit: les homos.»

Photo New York World-Telegram and the Sun staff photographer

Print This Post
Avatar de Julien Massillon
Publié par
Journaliste de Yagg. Retrouvez-moi sur Twitter.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (15)
  • Par Alexandreherault.34 28 août 2013 - 19 H 32
    Avatar de

    Les homos sont les nouveaux nègres c’est bien dit ça et c’est bien vrai dans bien des cas encore aujourd’hui!

     
    • Par Benji - jétais un maximonstre 28 août 2013 - 21 H 27
      Avatar de

      « Nous les gueux, nous les peu, nous les riens, nous les chiens, nous les maigres, nous les nègres, qu’attendons-nous pour pisser un coup, tout à l’envie, sur cette vie stupide et bête, qui nous est faite, à nous les gueux, à nous les peu, … »
      Léon Gontran Damas, cité par C. Taubira à la tribune de l’Assemblée nationale à l’occasion des débats sur le mariage pour tous.

       
    • Par Alexandreherault.34 29 août 2013 - 8 H 13
      Avatar de

      Oui tout à fait!

       
  • Par Gaystronome 28 août 2013 - 19 H 56
    Avatar de Gaystronome

    Merci pour cet article, le meilleur que j’ai pu lire ces dernières semaines sur Yagg.
    « Être homme, c’est précisément être responsable. C’est connaître la honte en face d’une misère qui ne semblait pas dépendre de soi. C’est être fier d’une victoire que les camarades ont remportée. C’est sentir, en posant sa pierre, que l’on contribue à bâtir le monde.»
    St Exupéry

     
  • Par gwen 28 août 2013 - 23 H 20
    Avatar de gwen

    :) :) :)

     
  • Par helene 29 août 2013 - 8 H 48
    Avatar de helene

    merci pour cet article qui nous révèle un personnage capital

     
  • Par virginie38 29 août 2013 - 9 H 15
    Avatar de

    Et une minorité laissera la place a une autre minorité. Mais que l’on ne se leur pas il y aura toujours du racisme et de l’homophobie, car l’Homme est si petit devant ses peurs.

    En tous cas cela fait plaisir que des personnes soit remise à leur place par rapport a ce qu’elles ont fait (pour avoir été brimé d’assumer qui elles étaient!)

    Souvent les homosexue(le)s ont fait évoluer les choses dans l’ombre. Les première féministes ont été les lesbiennes, avant de se faire exclure pour pas donner une mauvaise image du mouvement. etc…

     
  • Par flocondeneige 29 août 2013 - 9 H 59
    Avatar de flocondeneige

    Décidément ce Julien ! Merci pour ton article ! Toujours pertinent et bien ciblé ! Ca, c’est du journalisme. :)

     
  • Par sossourires 29 août 2013 - 10 H 07
    Avatar de sossourires

    De l’ombre à la lumière, grâce à @julienmassillon ;)

     
  • Par Yann 29 août 2013 - 10 H 32
    Avatar de Yann

    Un article de grande qualité.

     
  • Par mart64 29 août 2013 - 23 H 43
    Avatar de mart64

    Très bon article, oui. Pourtant, il fut un temps ou je m’étais fortement intéressé à la vie du pasteur (j’adore l’histoire) et jamais je n’avais eu une telle vision de Bayard Rustin, dont la plupart des biographies sur King ne font qu’affleurer sa personnalité.
    Je crois qu’il est primordial, pour nous, population lgtb, d’apprendre a connaitre les grands noms de l’histoire qui ont été nos semblables.
    Et la ministre de la culture avait bien raison quand elle préconisait aux enseignant de redonner aux personnages historique lgbt leur personnalités pleines et entières, alors que la droite réac se moquait et s’en offusquait, préférant reléguer une orientation non conventionnelle aux oubliettes de l’histoire .
    Au fond, ce rappel historique est ici le meilleurs moyen de célébrer la mémoire de Martin Luther King.

     
  • Par Alek6 30 août 2013 - 11 H 19
    Avatar de Alek6

    Merci pour cet article réhabilitant un militant de notre histoire.

     
  • Par sevy 31 août 2013 - 12 H 29
    Avatar de sevy

    Oui, ça c’est de l’article!

     
  • Par Jef Garrigou 07 déc 2013 - 23 H 00
    Avatar de Jef Garrigou

    Comme l’a bien souligné Julien, Bayard Rustin est à l’origine du slogan ‘Gay is the new Black’ énonçant que le groupe le plus vulnérable d’une société marque son niveau d’émancipation et d’évolution nécessaire en terme de droits civiques >>> il est donc le père de l’agenda mondial actuel d’égalité pour tous Free & Equal >>> https://www.facebook.com/notes/jef-garrigou/g%C3%A9opolitique-lgbt-gay-is-the-new-black-all-out-/191921399810 :-)

    A signaler l’excellent groupe sur l’actualité posthume de la pensée de Bayard Rustin créé suite à la sortie du film Brother Outsider: the Life of Bayard Rustin >>> https://www.facebook.com/groups/brotheroutsider/?fref=ts ;-)

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

    Aucun message ne correspond à vos critères de recherche.